2014: Les perdants de l’année

8 grands perdants en cette année 2014 qui s’achève… dont un qui figurait déjà dans notre palmarès en 2013 !

Qu’ils soient grands acteurs ou réalisateurs, personne n’est à l’abri de faire une mauvaise année…même pas un réalisateur anciennement « hype » et qui a la prétention de sortir deux films dans la même année. Présentation !

2014-les-perdants

Sophie Marceau: Ancienne actrice adulée des français, la (encore très) jolie actrice française a prouvé cette année qu’il ne suffisait plus de sa présence pour faire réussir un film. Une rencontre et Tu veux ou tu veux pas n’ont pas trouvé leur public !

Les vieux au cinéma: Des Monument men emmenés par George Clooney aux Expendable 3 en passant par Pierce Brosnan dans The November Man ou encore Bruce Willis dans Sin City… les retraités ne semblaient pas en grande forme en 2014.

Carole Laure: À force de parler de « spectacle multidisciplinaire », l’actrice/réalisatrice Carole Laure a peut-être perdu son public. Certes son Love Project n’était pas une comédie musicale mais il peina à rassembler les foules… et ce n’est pas la présence de la charismatique Magalie Lépine-Blondeau et du très doué Benoit McGinnis qui a pu arranger les choses

Keanu Reeves: 47 Ronin a été un énorme bide financier… et sa prestation dans John Wick a été parfois décrié… Ajoutez à cela un passage à la réalisation complètement passé sous silence… Depuis Matrix, le canadien semble à des années lumières de ses premiers succès…

Abel Ferrara: Avoir la prétention de sortir deux long métrages par an n’est pas donné à tout le monde. Cette année le réalisateur américain a prouvé qu’on pouvait le faire et complètement rater ses effets. Si Welcome to New York fait partie des plus mauvais films de 2014, il s’est aussi pris les foudres de certains de nos chroniqueurs sur Cinemaniak avec son Pasolini.

Jennifer Lawrence: Être au sommet une année ne signifie pas d’y rester l’année suivante. Certes la qualité du troisième volet des Hunger Games n’était pas quelque-chose qu’elle pouvait analyser… Ni même l’échec de Serena… Mais la belle américaine pourrait peut-être commencer à être plus sélective dans ses choix…

Johnny Depp: Anciennement adulé du public comme de la critique, le chouchou de Burton se paie le luxe de figurer deux années de suite dans notre classement des « perdants »: L’an dernier Lone Rangers, cette année Transcendance… et Tim Burton qui ne fait pas appel à lui pour son dernier cru… La période post-rupture semble bien longue… So Long Johnny… so Long.

Gérard Depardieu: Tous les ans il a de nombreuses raisons de figurer dans notre palmarès des « perdants de l’année ». Mais la bonne gestion de sa fortune hors des frontières hexagonales (rires) ou quelques bons choix artistiques l’ont toujours sauvé à date. Cette année le bide de Viktor et de Welcome to New York nous y ont obligé ! C’est bien notre Gégé le grand perdant français de 2014 !

Les perdants de 2013

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *