Serena

Remords et vengeance dans les Smoky mountains – ♥½

À la fin des années 1920, George et Serena Pemberton, jeunes mariés, s’installent dans les montagnes de Caroline du Nord, où ils sont décidés à faire fortune dans l’industrie du bois. Dans cette nature sauvage, Serena règne d’une main de fer avec son mari sur leur empire. Mais secrets et tragédies entraînera leur destin vers la plus terrible des tragédies…

Serena_afficheOn suit le parcours amoureux de Serena Shaw et Georges Pemberton, tous deux autant passionnés l’un de l’autre qu’insensibles aux autres. Jennifer Lawrence se montre plutôt convaincante en femme forte blessée par la vie, s’imposant dans un milieu d’hommes. Mais les moments dramatiques ne sont pas du même niveau et après le dernier Hunger games, on commence à être tanné de la voir (mal) pleurnicher. Bradley Cooper est lui aussi en mode automatique, en propriétaire foncier amateur d’amours ancillaires, mais le rôle très peu approfondi le dessert beaucoup. Seul Rhys Ifans se coule parfaitement dans son personnage d’acolyte mystérieux et inquiétant.

Tous les thèmes ne sont abordés qu’extrêmement superficiellement et rapidement, comme les conflits entre les instances qui souhaitent la création d’un parc naturel en Caroline du Nord (le Great Smoky mountains National Park), l’exploitation forestière et la construction d’une ligne de chemin de fer, qui auraient mérité d’être réellement développés. Le scenario et les dialogues de Christopher Kyle trahissent l’histoire originelle de Ron Rash, en la lissant, en enchainant les poncifs frisant le ridicule, comme lors des premières paroles de Georges et Serena (« je pense qu’on devrait se marier ») après une course à cheval ou encore la fin, que l’on aurait pu prévoir dès les premières images.

De même, la réalisatrice Susanne Bier adopte une chronologie très déroutante, faisant ressembler certains passages à une longue bande-annonce avec les ellipses sur la naissance de l’amour des deux héros ou la maternité de Serena, mais pose à d’autres moments sa caméra pour admirer les paysages de collines embrumées, magnifiées par la photographie de Morten Søborg.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *