2014: Les bides de l’année

Tous les ans, ils sont plusieurs à se prendre les pieds dans la tapis…

Ces films qui ne rencontrent pas leur public…parfois par manque de qualité et souvent il faudra l’avouer, seulement par manque d’intérêt du public….

 

A l’international, les nouveaux essais de péplum se sont avérés infructueux : La légende d’Hercule tout comme l’Hercule de Brett Ratner (celui avec Dwayne Johnson) ont provoqué des pertes gigantesques (66 millions de dollars pour le second).

hercules

Autre « bide » ayant causé la perte de près de 60 millions de dollars : Transcendance avec Johnny Depp qui, chaque année est dans un gros échec (Lone Ranger l’an dernier).

Sur le podium US, on trouve également 47 Ronin, plus gros bide annuel avec une perte estimée à près de 150 millions de dollars.

47-Ronin

 

Niveau français, il y a peu à se plaindre de la vigueur des productions hexagonales… Certes, il existe certains exemples concrets…mais nombreux sont les films ayant largement remboursé leur budget en 2014.

Tout d’abord, il y a ce film d’Olivier Dahan complètement descendu par la critique en ouverture de Cannes : Grace de Monaco et qui n’a attiré que 287 000 spectateurs en France (budget de 25 millions d’euros) Il conviendra de citer également les deux films de Sophie Marceau : Une rencontre qui n’a intéressé que 446 000 personnes mais également Tu veux ou tu veux pas avec Patrick Bruel.

Grace de Monaco2

 

Au rang des déceptions, le 100% cachemire de Valérie Lemercier n’a lui-non plus pas trouvé son public. Mais c’est enfin ce film assez confidentiel, Victor du français Philippe Martinez, qui n’attira à sa sortie que 77 personnes dans les salles américaines (malgré la présence d’ Elizabeth Hurley et de [Gégé] Depardieu) qui emporte la palme !

Viktor

 

Niveau québécois on le sait, il est très rare d’obtenir un succès commercial. Aussi, nous ne mentionnerons pas les films « en bas du classement » puisque la recherche n’est pas nécessairement de faire de l’argent. Évoquons toutefois deux cas à part :

Denis Arcand qui, lors de la promotion du Règne de la Beauté, annonçait qu’il était assez normal que le cinéma québécois aille moins bien ces dernières années : Selon lui, les meilleurs réalisateurs québécois actuels se sont soit exilés à l’étranger, soit (et il faisait directement référence à lui-même) étaient absents de l’affiche depuis plusieurs années…. La réaction du public fut sans appel : Règne de la Beauté attira une moyenne de 10 spectateur par séance…

Pour-que-plus-jamais

Le second cas est celui de Marie Ange Barbancourt… qui sortit cette année son premier long métrage Pour que plus jamais. L’ancienne animatrice a réalisé là un premier film sans concession et qui s’est attiré les foudres de nombreuses personnes dans la communauté haïtienne…  Malheureusement, là n’est pas vraiment le problème. Dans le milieu, l’expérience de tournage fut véritablement un cauchemar pour toute l’équipe: Le film ne s’est pas fait sans heurt (nombreux sont les techniciens qui ont dû réclamer pendant des mois leur cachet…. la petite histoire raconte même que certains ont fini par abandonner); Une communauté blessée et des professionnels floués, il y a peu de chances de voir la néo-réalisatrice au commande d’un prochain long-métrage de si tôt….

 Les bides de 2013

 

 

Écrit par :

Un commentaire

  1. Meilleur Cinéma
    5 mai 2016
    Reply

    Objet: Décision tribunal Marie-Ange Barbancourt

    Bonjour,

    Nous, artistes et associés, professionnels du cinéma, ayant travaillé aux côtés de Marie-Ange BARBANCOURT, souhaitons vous informer d’une décision publique à l’encontre de cette productrice, concernant le tournage du film ‘Secret d’Hiver’.

    Notre action a pour but de rendre cette décision publique connue de toutes celles et ceux qui ont travaillé avec Marie-Ange BARBANCOURT, de près ou de loin, ou qui seraient amenés à le faire dans le futur ; afin que la situation ayant fait l’objet de la présente décision d’un Tribunal envers cette productrice malhonnête ne se reproduise pas.

    Marie-Ange BARBANCOURT a démontré être une productrice dont les valeurs ne présentent aucune fiabilité, bafouant l’image du cinéma québécois, par ses actions irresponsables.

    Nous en voulons pour preuve la décision publique du Tribunal d’arbitrage de l’Union des Artistes, par laquelle nous apprenons que cette productrice n’a pas payé ses comédiens et n’a pas respecté les règlements en vigueur lors du tournage du film ‘Secret d’Hiver’ en 2015.

    Sa responsabilité ayant été engagée, elle doit encore à ce jour la somme de 79159,34 $.

    Nous apprenons qu’elle a usé de mensonges pour se prévaloir de ses obligations. Ce n’est, en outre, pas la première fois que cette productrice semble agir ainsi, comme les témoignages d’anciens collaborateurs l’indiquent.

    En outre, cette productrice s’avère ne pas respecter le monde du cinéma dans son ensemble, dès lors qu’elle se joue de ses règles élémentaires, c’est-à-dire mener un projet artistique à son terme en reconnaissant et en rémunérant le travail de son équipe et de ses artistes.

    Merci infiniment de nous aider à faire de notre monde du cinéma une place d’expression artistique saine et une place d’affaires toute aussi saine.

    Des artistes et associés lésés.

    – Lire la SENTENCE ARBITRALE de l’Union des Artistes, rendue le 17 mars 2016: http://canlii.ca/t/gp009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *