2013: Les bides de l’année

C’est avec un plaisir coupable que l’on regarde dans les bilans de fin d’année quels sont les blockbusters qui cette année se sont enfargés dans le tapis, dans la grande bataille que se livrent les longs-métrages dans les sorties cinéma.

Grand abonné de la catégorie, le mastodonte de l’industrie du divertissement grand public, Disney, ne fait encore une nouvelle année pas défaut. On se souvient de l’échec magistral l’année passée de John Carter, qui avait coûté près de 275 millions de $ pour 184 millions de recette. Mais rappelons-nous aussi que cela faisait déjà trois ans que le même cas de figure se reproduisait (Milo sur Mars, Prince of Persia : les sables du temps, L’apprenti sorcier). Cette année, c’est Gore Verbinski et Johnny Depp qui boivent le bouillon avec Lone Ranger. Le même réalisateur (Gore Verbinski), le même producteur (Jerry Bruckenheimer) et surtout le même acteur (Johnny Depp), ne réussissent donc pas à suivre le succès de la saga Pirates des Caraïbes mais font perdre au studio Disney près de 200 millions de $.Le film est même devenu le 3ème plus gros echec de l’histoire du cinéma avec des pertes évaluée à 100 millions de dollars.

film_fifth_estate2Autre gros échec, l’adaptation cinématographique de l’histoire de Wikileaks, critiquée avant même sa sortie par Julian Assange lui-même. Le thriller, Le cinquième pouvoir, malgré ses 28 millions de $ de budget, une tête d’affiche alléchante (B. Cumberbatch, D. Bruhl) son retour sur investissement n’était début décembre que de   21%. Comme quoi, le choix du réalisateur Bill Condon (Twilight, chapitres 4 et 5) ne semble pas adapté à un thriller politique …

Men in Black version outre-tombe, R.I.P.D. Brigade fantôme vient lester les curriculums de Ryan Reynolds et Mary-Louise Parker et fait figure d’épitre peu reluisant pour Jeff Bridges et Kevin Bacon. Avec 130 millions de budget (hors publicité) et une sortie estivale, seuls 31 millions de $ retrouveront les poches d’Universal.

Du côté du cinéma français, la réussite de Jappeloup ne fait pas oublier le naufrage de Turf. 23 millions d’euros de budget, un réalisateur (Jet Set, Camping…) et des acteurs (Édouard Baer, José Garcia, Franck Dubosc, Alain Chabat, Sergi Lopez…) reconnus … pour 380 000 entrées France seulement… De quoi bien plomber une carrière… Daniel Auteuil continue lui aussi de s’enterrer, après la

film_la_chasse_au_godard_d_abbittibbi

noyade critique de La fille du puisatier. Pour un budget de 15 millions d’euros, Marius et Fanny ne rassemblent (en cumulé) que 600 000 entrées France. Autre gros bide celui du dernier film de Danielle Thompson, Des gens qui s’embrassent : 17 millions de budget  pour moins de 200 000 entrées en salles…

Côté québecois, c’est Une jeune fille (22 000 entrées pour 2,2 millions $ de budget) et La chasse au Godard d’Abbittibbi (20 000 entrées pour 1 million de budget) qui font figure de gros flops commerciaux…tout comme Diego Star… Espérons toutefois que ces trois films d’auteurs trouveront une belle seconde vie au RVCQ et en dvd.

Les bides de 2012

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *