Bertrand Bonello

Il ne faut pas remonter bien loin dans le temps pour trouver le précédent séisme provoqué par le français Bertrand Bonello; En effet, il y a de cela trois ans, son Apollonide : souvenir de la maison close était sur toutes les bouches de la croisette… Pire, pendant un bon moment, on annonça son nom comme favoris à la palme d’or… La palme échouera finalement à Terence Malik dont le nom et l’absence auront forcement joué en sa faveur.

Bonello n’est pas pour autant un petit nouveau du circuit des festivals puisque son premier long (datant de 1998) fut sélectionné à la Berlinale (section Panorama). Trois ans plus tard, c’est le festival de Cannes qui l’invite à la semaine de la critique pour Le Pornographe où il reçoit le prix FIPRESCI.

La compétition officielle lui est proposée dès 2003 avec Tiresia puis on le sait avec le brillant Apollonide en 2011.

apollonide

Le long est déjà rendu culte et il a  depuis donné lui à un remake sous forme de série : Maison close

S’il s’est fait doubler par Jalil Lespert dans la course à la production de Saint-Laurent, c’est que Bonello est un grand metteur en scène qui ne se bornera pas à du cinéma aussi classique… Il suffit d’observer les longs plans séquences de ses dernières réalisations pour voir combien la chorégraphie et les idées de mise en scène sont nombreuses… Le travail pré-tournage a du être considérable…

Déjà les premières critiques pour son nouveau long … et les plus beaux adjectifs sortent dans les papiers…De quoi rêver d’une revanche pour 2011 ?

Saint-Laurent

Longs-métrages

 

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *