Lovelace

To Biolpic or not to Biopic ♥♥

A la fin des années 60, Linda étouffe au sein de sa famille que sa mère, aussi rigide que ses principes religieux, dirige d’une main de fer. C’est une belle fille de 20 ans, prête à embrasser la vie avec enthousiasme malgré́ sa timidité́ et sa naïveté́.
Quand elle rencontre Chuck Traynor, elle ne résiste pas à son charisme viril, quitte le domicile familial pour l’épouser et fait auprès de lui l’apprentissage d’une liberté́ qu’elle soupçonnait à peine.
Chuck la persuade de ses multiples talents et l’incite à se laisser filmer lors de leurs ébats. Amoureuse et soumise, elle accepte de jouer quelques scènes d’un film pornographique.
Quelques mois plus tard, en juin 1972, la sortie sur les écrans de GORGE PROFONDE fait d’elle du jour au lendemain une star unique.

Cela commence par du vintage banal à coups de grande musique rétro sur fond de pellicule début 70’s (souvent trop présente mais bon passe encore….Autant camper un décors bien chargé puisqu’au niveau du traitement c’est tout de même plutôt creux)

Puis, rapidement, ce qui semblait être une comédie sur le papier, se veut plus dramatique : Questionnements sexuels, femmes battues et tournantes obligatoires…Tout y passe (c’est quand même un des enjeux du film) sans jamais ni vraiment traiter le sujet ni procurer aucune émotion.

Rob Epstein et Jeffrey Friedman signent finalement un film qui passera donc totalement inaperçu…malgré la présence de d’Amanda Seyfried (dont on apprécie enfin une certaine prise de risque) , de Chris Noth (à la limite de la caricature) ou de Sharon Stone (méconnaissable en mère rigide)

A sauver la présence de Juno Temple (Kaboom,. Magic Magic) décidément toujours sur les projets tendancieux.

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *