Don Jon

Passage à la réalisation moins que réussi pour Joseph Gordon-Levitt ♥½

Jon est un Italien catholique qui habite le New Jersey. Bien que le culturiste n’ait aucune de difficulté à convaincre les filles de coucher avec lui, il ne peut s’empêcher de consommer de la pornographie sur internet. Lorsqu’il rencontre Barbara, c’est le coup de foudre; la jeune femme n’aime pas beaucoup que son copain regarde ce genre de vidéo, alors elle lui ordonne d’arrêter. Jon fait beaucoup de sacrifices pour sa nouvelle copine, qui rêve du petit ami parfait. Il retourne même sur les bancs d’école pour lui plaire. Là-bas, il rencontre une femme étrange qui s’entête à vouloir continuellement lui adresser la parole…

Et c’est là que les ennuis commencent pourrait-on clôturer le pitch. Car s’il n’est pas forcement désagréable à regarder dans sa première heure, la seconde partie de Don Jon s’embourbe toutefois complètement dès l’arrivée de Julianne Moore.

Et c’est bien dommage car malgré un montage pseudo-moderne et un scénario plutôt creux, le premier long métrage de Joseph Gordon-Lewitt (qui est passé par Sundance) se laissait jusqu’alors bien regarder.

Sur sa fin donc, le film devient extrêmement moralisateur …la résolution du film tenant même en deux bonnes phrases sur le bonheur débitées par Julianne Moore.

Joseph Gordon-Lewitt compose avec ironie des personnages hautement caricaturaux dans lesquels excelle Scarlett Johansson, qu’on a rarement vu aussi vulgaire (niveau jeu, postures mais aussi maquillage)… dans le même genre, on la préférait toutefois dans Vicky Christina Barcelona.

Malgré cela, le film ne fait ni rire, ni passer un bon moment et trouvera peut-être son public auprès des jeunes adultes.

 


Don Jon – Bande-Annonce [VOST|HD1080p] par Lyricis

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *