Les yeux jaunes des crocodiles

Adaptation ratée du roman de Pancol ♥

Deux sœurs que tout oppose. Joséphine, historienne spécialisée dans le XIIème siècle, confrontée aux difficultés de la vie, et Iris, outrageusement belle, menant une vie de parisienne aisée et futile. Un soir, lors d’un dîner mondain, Iris se vante d’écrire un roman. Prise dans son mensonge, elle persuade sa sœur, abandonnée par son mari et couverte de dettes, d’écrire ce roman qu’Iris signera, lui laissant l’argent. Le succès du livre va changer à jamais leur relation et transformer radicalement leurs vies.

Extrêmement lent et poussif, cette adaptation du roman de Katherine Pancol vous vole deux heures de votre temps et vous laisse sur un goût des plus amer.

Cécile Telerman, qui avait signé en 2004 la sympathique comédie Tout pour plaire donne ici à ses acteurs à jouer une partition des plus grossières. A ce stade et dans le rôle ingrat, Emmanuelle Béart se voit confier le rôle de l’écervelée qui ne sera jamais sauvée par son auteur. Pire l’actrice française se voit parfois donner la réplique à des non-acteurs mauvais (Radu Mihaileanu , Ariel Wizman) dont on se demande s’ils furent dirigés au tournage.

Rien n’est drôle ou bien pensé…c’est en outre totalement dénué de charme…un peu à l’image de Karole Rocher dans un rôle secondaire sans saveur…Même la pétillante Julie Depardieu est ici utilisée en sous-régime…sauvant in-extremis son personnage de la tête à claque… La faute à un scénario mal adapté et une réalisation ciblée télé populaire.

Sorte de Mes amours, mes amis, le charme en moins (et encore, l’adaptation cinématographique n’était déjà pas un chef d’œuvre), le long métrage de Cécile Telerman a même la prétention de durer deux heures.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *