La Chambre bleue

Mathieu Amalric adapte Simenon avec classe ! ♥♥♥

Dans une petite ville de province, Julien, homme marié et père de famille, a une relation avec Esther, une amie d’enfance perdue de vue puis retrouvée, elle-même mariée à un pharmacien. Ils se rejoignent souvent dans une chambre d’hôtel, la même, bleue, où on les voit nus, enlacés, excités ou comblés. Liaison filmée comme en rêve, mais bien réelle… Ellipse. Incarcéré, ­Julien est interrogé par un juge. De quoi l’accuse-t-on ? Qui est mort ?…

A ces questions, les réponses viendront tardivement…mais finalement ce n’est pas là que se situe l’essentiel. Cette Chambre Bleue, adaptation de Mathieu Amalric ressemble fortement à une sorte d’essai. Tout semble avoir été réfléchi avec soin pour sublimer l’œuvre de Simenon… Et la seconde réalisation de l’acteur français n’est pas un film policier… Enfin si…mais en fait, on se fiche pas de savoir qui a fait quoi. Ce qui intéresse c’est cette relation extraconjugale faite de corps et d’esprit… Aidé de la fantastique musique de Grégoire Hetzel, Amalric réussit à installer le troule du désir chez son spectateur.

Le problème principal du film, c’est sa monochromie…à savoir qu’à trop vouloir être soigné, on finit par se détacher complétement des personnages à commencer par ceux pour qui l’on devrait ressentir de l’empathie… En revanche le suspens tient idéalement jusqu’à sa fin (qu’on ne livrera pas)

Une jolie seconde réalisation un poil prétentieuse !

 

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *