Les géants

Sélectionné à Cannes en 2011 dans la même catégorie qu’Impardonnables d’André Téchiné et que La fée (catégorie Quinzaine des Réalisateurs donc) ce film a éclaboussé le festival de toute sa beauté (deux prix) et ce    ne fut que justice !

Si Bouli Lanners n’en est pas à son premier coup d’essai, c’est une véritable petite bombe qu’il livre ici avec un sujet simple et touchant et    une direction d’acteurs des plus réussie  ♥♥♥♥♥

L’HISTOIRE : Comme chaque été, délaissés par une mère de plus en    plus absente, Zak, 14 ans, et Seth, 13 ans, se retrouvent seuls et sans argent dans la maison de campagne familiale. Dégoutés, ils s’attendent encore une fois à passer de mauvaises vacances. Mais    cette année-là, ils rencontrent Danny, un ado déluré du coin. Ensemble, en pleine crise de rébellion et blindés de leurs certitudes, ils vont explorer un espace de liberté insensé et commencer    enfin la grande et périlleuse aventure de leur vie.  

Comme pour son précédent film, Eldorado, l’acteur réalisateur reprend son thème des parents absents et livre trois ados à leurs propres    destins. Traité sous forme de conte initiatique, le film est aussi bien réalisé qu’il n’est interprété…Justesse et sensibilité sont de mise.

Bouli Lanners réussit à doser idéalement subtilité et intrigue sans jamais chercher à faire dans le sensationnel. Il porte un regard au combien    bienveillant sur ses comédiens (dont il faudra reparler plus bas).

S’il elle a été réalisée en Belgique, l’unité de lieu a pour autant quelque-chose de perturbant ce qui place finalement le spectateur dans le    même état que les acteurs : Une campagne à perte de vue avec maisons vides, marais et forêts lumineuses…Un monde peut-être irréel mais d’une beauté évidente. Bouli Lanners réussit sans    aucune difficulté à plonger son spectateur dans son univers bucolique simple.

S’ils ont beau multiplier les conneries, ses personnages principaux sont tous attachants et la caméra du réalisateur belge leur pardonne    finalement toute erreur…

Enfin il faudra incontestablement saluer l’autre réussite du film à savoir son casting :

La prestation des trois jeunes comédiens est tout simplement époustouflante… A une époque différente, Depardieu et Dewaere faisaient aussi bien dans les Valseuses…A l’exception notable que les deux immenses acteurs avaient légèrement plus que 15 ans au compteur. Ces trois jeunes ont un avenir dans l’industrie cinématographique.

Ils font eux aussi la réussite de ce très beau long-métrage.

Le tout réside en un film touchant et vrai. La beauté en quelque-sorte.

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *