Étiquette : André Téchiné

7 décembre 2018 / / On défriche

La désinvolture affichée d’Arthur peut détonner dans le douloureux paysage sidéen mais elle ne sert pourtant qu’à amplifier les effets contraires de l’amour qu’il découvre en compagnie de Jacques, l’un et l’autre vivant réciproquement leur premier et dernier amour. C’est pourquoi Honoré prend le temps d’installer sa romance et cherche tant à ralentir son histoire teintée d’un spleen constant pour mieux saisir l’urgence de la maladie qu’il oppose ainsi aux vétilles du quotidien où se cache la peur de ne pas se revoir. Une peur qui fait monter le désir d’un cran et incite les protagonistes à saisir l’instant présent sans se soucier des lendemains incertains. Rien ne sert de courir, il faut s’aimer à point.

20 février 2015 / / A La Une
24 octobre 2014 / / FILMS

André Téchiné adapte pour le grand écran l’affaire Le Roux… et signe un très moyen long métrage ♥♥½

1976. Après l’échec de son mariage, Agnès Le Roux rentre d’Afrique et retrouve sa mère, Renée, propriétaire du casino Le Palais de la Méditerranée à Nice.

11 novembre 2012 / / Cinémania
7 août 2012 / / Portraits

Comédien fétiche d’Alain Resnais, le grand André Dussollier fait partie de cette catégorie d’acteurs qui font partie, depuis trois ou quatre décennies, du paysage cinématographique    francophone. Comme il est inlassablement juste, on en oublie presque son jeu excellent et sa voix si distincte. Ce mois-ci il reprend le costume de Bélisaire Beresford aux côtés de Catherine Frot : Un délice !  

9 avril 2012 / / FILMS

Sélectionné à Cannes en 2011 dans la même catégorie qu’Impardonnables d’André Téchiné et que La fée (catégorie Quinzaine des Réalisateurs donc) ce film a éclaboussé le festival de toute sa beauté (deux prix) et ce    ne fut que justice !

Si Bouli Lanners n’en est pas à son premier coup d’essai, c’est une véritable petite bombe qu’il livre ici avec un sujet simple et touchant et    une direction d’acteurs des plus réussie  ♥♥♥♥♥

22 novembre 2011 / / Cinémania

Prix Cinemania !

18 films au total sur dix jours…Une bonne moyenne…suffisante je crois pour me permettre de dire qu’il y a eu du très bon dans cette programmation…de l’excellent même… Et pourtant, cela avait plutôt mal commencé avec plusieurs déceptions; le prix du public, Polisse, n’aura pas été visionné par faute d’invitation…