2 Days in New York

Malgré toute notre sympathie accordée à Julie Delpy, ce « 2 Days in New York » souffre de défauts différents de son précédent film (et décevant Skylab)…Dommage  ♥♥

L’HISTOIRE : Marion est désormais installée à New York, où elle vit    avec Mingus un journaliste de radio, leurs deux enfants qu’ils ont eus de relations antérieures et un chat.  

Le couple est très amoureux! Marion est toujours photographe et prépare son exposition. Son père, sa soeur et son petit ami (qui est en fait    l’ex de Marion et qui n’était pas prévu du tout) débarquent à New York pour le vernissage. Le choc des cultures mais surtout les personnalités débridées des trois arrivants vont provoquer un    véritable feu d’artifice entre Mingus, un vrai « newyorker », Marion disjonctée sur les bords, son père qui ne parle pas un mot d’anglais, sa soeur toujours en phase avec ses problèmes freudiens,    et son petit ami…

Il existe chez Julie Delpy un réel goût de mise en scène de situations cocasses, avec un humour très Allenien qu’on ne peut pas cacher. Non que    l’actrice-réalisatrice pourrait être définie en française juive névrosée…Plutôt, depuis son premier film, « Two Days in Paris », elle façonne ses personnages à la façon dont elle voit les français (pour un nord-américain : Intense)

Derrière ce mot français non-connoté dans l’hexagone se cache en fait une succession de jugements de valeur : Divertissant, drôle,    sanguin, fou, dynamique ou encore hystérique.

En ce mot nous pourrions donc qualifier son diptyque des « Two Days » donc : Intense !

Là où le premier tome alternait avec intelligence les moments de drôleries (et de blablas) et les moments plus réfléchis…le second, lui, pêche    par son excès de zèle !

On sent que Delpy est dans la surenchère…constamment

Sans doute blessée par les critiques de son précédent « Skylab » (qui souffrait d’importantes longueurs), la réalisatrice semble s’être mis-en-tête de réaliser un film    tambour battant sans une minute de répits !

Et à ce jeu des français qui arrivent en France, force est d’avouer qu’on en prend pour son grade : Le français est beauf, sale, gras,    péteur, bon vivant….à mi-chemin entre un Clavier « visiteur » et un Bidochon râleur.

Ajouteriez-vous une petite part de classe et de subtilité à vos personnages Madame Delpy ?

Point du tout !

Si « 2 Days in New York » semble ne pas être une suite de son premier film, la recette est en revanche quasi-identique :    Décalage culturels, regards sur l’étranger…etc.

C’est pourquoi c’est en parti décevant…

On aurait apprécié légèrement moins de bordel ou d’anecdotes et légèrement plus de profondeur.

Malgré toute notre sympathique accordée à Julie Delpy, ce « 2 Days in New York » souffre de défauts différents de son précédent film (et décevant Skylab)…Dommage

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *