Kaboom

Si vous aimez les corps, le pop art, le fluo, les discussions post-adolescentes sur le cul ou encore les hallucinations individuelles ou collectives, alors ce nouveau film de Gregg Araki est pour vous !

A vrai dire, toute une génération qui a pu, un jour, se trouver en quête d’identité pourra se retrouver dans ce film où se mêlent joyeusement le sexe (hétéro, gay, à deux trois ou même ensorcelé), la recherche de l’invraisemblable, et le pop assumé.

Il y a un côté années 90 très assumé dans Kaboom que ce soit au travers des superpouvoirs sans intérêt, du sarcasme des personnages féminins ou encore de la fin volontairement bâclée.

 

L’histoire, celle d’un adolescent persuadé d’avoir assisté au meurtre d’une rousse énigmatique, n’est que prétexte au tableau de la génération actuelle.

 

C’est d’ailleurs la raison pourquoi le spectateur pourra ou non prendre son pied (ce fut le cas pour moi vous l’aurez compris). Pour vous faire vraiment une idée, la bande annonce sera l’outil idéal :

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *