Batman propriété finale de Burton et non de Nolan

La trilogie de Batman/Nolan étant désormais terminée…Nous en sommes donc à l’heure des bilans…

Si certains, tristes de voir comme livrée au grand public leur saga dont ils se verraient bien propriétaires uniques, pleurent déjà toutes les    larmes de leur corps…d’autres crient un « ouf » de soulagement…tel votre serviteur ici présent…et ce, pour diverses raisons…

Batman-Burton.jpg

Tout d’abord car pour un enfant des 80’s, Batman est forcement lié à Burton…et à Danny Elfman…L’univers féérique sombre du grand Tim prend tout son sens à Gotham City. La photographie, la musique du compositeur texan ainsi que les interprètes (fabuleux Jack Nicholson, étonnant Danny De Vito sans oublier Michael Keaton)…tout le héro de Comics devenait propriété de la pellicule livrée par Burton.

C’est aussi sans compter celle qui restera comme le personnage le plus mythique de la saga : Catwoman interprété avec grâce et sensibilité maléfique par Michelle Pffeifer.

catwoman.jpg

Ensuite parce qu’aujourd’hui encore il est difficile de comprendre l’intérêt de faire et refaire systématique là où certains sont déjà passés ! Quel intérêt que la copie ?

Alors oui, j’entends déjà certain dire : « Mais non, l’atmosphère tout comme l’histoire n’ont rien à voir » !

Ah bon ?

Outre la violence et l’aspect plus réel des œuvres de Nolan…on retrouve bien les personnages avec quelques variantes des histoires…

Enfin et justement parce qu’un costume n’est, selon moi, endossable qu’une seule fois : Parce que personne ne peut refaire un joker ou une    catwoman.

Même les James Bond, s’ils changent leur personnage principal, ne repassent pas derrière où certains sont déjà passés !

Alors quand on sait que c’est finalement le Batman de Burton qui a attiré le plus de spectateurs et quand on entend  Cronenberg hurler que, The Dark Night, « C’est pour les mômes », forcement on jubile !

Christopher Nolan est un artisan exceptionnel de la caméra; tout le monde dans la profession s’accorde là-dessus !

Mais quel intérêt pour lui de faire revivre une histoire déjà mis en scène par une pointure comme Burton ?

A mon humble avis, il n’y en avait pas….

 

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *