Syngué Sabour (Pierre de Patience)

Voici un film superbe venu d’Afghanistan réalisé par le célèbre poète Atiq Rahimi. ♥♥♥♥

Dans un pays en guerre du Moyen-Orient, une femme passe ses journées au chevet de son mari, plongé depuis des jours dans un profond coma depuis qu’il a été atteint d’une balle à la nuque. Autour d’eux, la guerre civile fait rage. Au quotidien, la femme doit se cacher des soldats qui quadrillent le quartier et prendre soin du blessé. Plus le temps passe, plus elle se confie à cet homme, le père de ses deux filles, qu’elle connaît pourtant peu. Un jour, un jeune milicien bègue entre dans sa maison. Pour éviter d’être violée, elle dit vendre son corps aux hommes…

Notre avis (note : 4/5)

Syngué Sabour signifie en persan Pierre de Patience… Là-bas, on raconte que c’est une pierre magique et qu’on peut lui confier jusqu’à ses plus profonds secrets… C’est ainsi que cette femme utilise son mari tel un journal intime à qui elle raconte tout… Peu importe les conséquences puisqu’aujourd’hui son coma l’empêche toute réaction !

Commence alors un film de témoignage qui tendra beaucoup plus vers le poème que vers le long métrage… Mais peu importe !

Sans vouloir émettre de comparaison, ce long métrage venu de Kaboul prouve qu’il n’est que peu nécessaire d’obtenir un scénario fait de rebondissement et de péripéties pour en fait une œuvre artistique de très haute qualité. Il faut dire que cette « pierre de patience » aurait aussi bien pu être une pièce de théâtre tant le témoignage que livre son personnage principal peut toucher indépendamment de la magie du septième art.

Pourtant, cela aurait été nous priver d’une direction photo superbe où chaque plan est étudié et cadré avec minutie tendant beaucoup plus vers l’œuvre d’art que vers la production cinématographique… Adapté de son propre roman (le premier écrit en français), le poète afghan Atiq Rahimi signe un coups de maître même si on voit les détracteurs dire qu’il y a finalement peu de cinéma dans cette adaptation …

Golshifteh Farahani incarne avec justesse et beauté celle qui représente tellement de femmes enchaînées…

Un poème social !

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *