Page d'accueil Événements RIDM Shooter and Whitley

Shooter and Whitley

Shooter and Whitley
0
0

Après The overnighters, autre plongée dans l’Amérique profonde aux RIDM 2014, cette fois sur fond de motel, prostitution, et motos cylindrés. ♥♥

Whitley est une jeune gogo danceuse, Shooter un motard et ancien leader de gang, la soixantaine. Chevelure blonde platine, teint frais. Barbe blanche, manteau de cuir. Les confidences en voix off et 16 mm de ce couple insolite.

 On est quelque part entre Easy Rider, Bonnie and Clyde, et Tueurs nés. C’est d’abord avec un œil circonspect que l’on observe ces images surannées, de flous de bobines, de soleils orangés dans l’image, et de surimpressions.

L’écueil du ringard est évité. La réalisatrice assume avec simplicité le fantasme de la vieille bobine. Mais plus qu’une envie gratuite, Laura Stewart rejoue le mythe cinématographique et social du motard dans sa facture visuelle, tout en l’ancrant dans la dans les voix traînantes d’une monotonie quotidienne.

Shooter and Whitley fait sourire. On penserait à une peinture quelque peu naïve des Hells Angels et autres espèces rebelles. Après coup, Shooter and Whitley interroge ou même dérange. Quelle est la nature exacte de cette relation ? Proxénète à prostituée ? Père à fille ? Amant à femme ? Une sincérité déroutante s’en dégage dans tous les cas. Mais du moins reste encore notre jugement moral. La cinéaste occulte – t’ elle expressément une réalité sordide, ou est-ce nous spectateur, qui ne tolérons pas qu’une femme libre de son corps puisse volontairement le vendre ?

Sans prétention, ficelé de peu de choses (une chambre de motel, un bar, quatre personnages au plus) ce moyen-métrage dépeint avec poésie un milieu très fermé mais sans le démystifier. Bien que cela semble être un parti pris de réalisation, nous n’y trouvons pas une véritable démarche, mais plutôt une approche superficielle. Pourquoi aborder un sujet si ce n’est pour le défaire de son caractère iconique une bonne fois pour toute, et l’attaquer de front ? Il n’empêche que le film se regarde très bien, et nous capte par sa fraicheur.

À noter que je cherche encore le sens du Fritz Lang diffusé sur le poste télé de la chambre miteuse.

Bande Annonce Shooter and Withley

(0)

Incrivez-vous à notre infolettre!
Fondée en 2012, Cinémaniak est une revue de cinéma exclusivement web qui s’est donnée comme mission de promouvoir le septième art sur le continent nord-américain. Notre mission est de donner la parole à des passionnés de cinéma capables de rendre accessible l’art qu’ils affectionnent.
Nous détestons les spam. Votre adresse courriel ne sera pas vendue ou partagée avec quelqu'un d'autre. Promis!

Bandes-annonces

Archives