Sandra Bullock

Sandra Bullock est peut-être aujourd’hui l’actrice qui représente le mieux le cinéma américain, car tout comme lui, elle est capable du pire et du meilleur, souvent dans la même année. En 2013, elle apparait dans deux films : Gravity immense succès critique et populaire et The Heat qui malgré un certain succès au box-office est démoli, à juste titre, par la critique… L’année 2009 est assez similaire; elle remporte tour à tour l’Oscar de la meilleure actrice pour The Blind Side ainsi que le Razzie de la pire actrice pour All About Steve. Depuis 1987, Bullock figure dans des longs métrages de seconde zone ainsi que dans quelques séries télés très négligeables; c’est vraiment à partir de1992 que sa carrière prend son envol. Elle enchaine presque toujours deux ou trois films par année et à chaque fois un excellent film précéde une « merde ».

Née le 26 juillet 1964 en Virginie, Sandra Bullock passe sa jeunesse à suivre sa mère, une cantatrice allemande, en tournée à travers l’Europe. Dans les années 80, elle s’inscrit à des cours de théâtre à New York et enchaine les rôles secondaires dans des films de série B. En 1990, elle est engagée par la Fox pour jouer dans une adaptation télévisuelle de Working Girl, reprenant le rôle qu’avait tenu Melanie Griffith au grand écran; après seulement douze épisodes, l’émission est retirée des ondes.

Sandra Bullock est remarquée une première fois en 1992 avec le petit succès de Love Potion No. 9. L’année suivante marque son ascension au sommet de la gloire avec six films : The Vanishing de George Sluizer où elle donne la réplique à Jeff Bridges et Kiefer Sutherland, et deux films indépendants qui créent un petit buzz, Wrestling Ernest Hemingway de Randa Haines où elle apparait aux côtés de quatre légendes du cinéma : Robert Duvall, Richard Harris, Shirley MacLaine et Piper Laurie et The Thing Called Love de Peter Bogdanovich, dernier film de River Phoenix. Mais c’est surtout dans Demolition Man de Marco Brambilla, un des succès de l’année au box-office, qu’elle gagne l’adhésion du public.

En 1994, elle consolide son statut de superstar lorsqu’elle décroche le premier rôle du long métrage Speed. Dorénavant, même si le film n’est pas une réussite sur le plan artistique, le simple nom de Sandra Bullock en assure la rentabilité; ce n’est pas pour rien qu’elle figure dans le Livre des records Guinness à titre d’actrice la mieux payée au monde avec plus de 56 000 000 $ par année.

Bullock a fondé en 1998 sa propre compagnie de production, la Fortis Films, qui a produit entre autres: Hope Floats (1998), Practical Magic (1998), Gun Shy (2000), Miss Congeniality (2000), Two Weeks Notice (2002) et All About Steve (2009), films dans lesquels elle tient évidemment le premier rôle. Sa compagnie a également produit la sitcom The George Lopez Show qui a tenu l’antenne durant six saisons.

 

portrait_Sandra_bullock2

Ouvoir.ca

Écrit par :

**class!K**

Un commentaire

  1. Jacquet Adeline
    8 avril 2015
    Reply

    28 jours en sursis était bon aussi : )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *