Qu’est-ce qu’on fait ici ?

Troisième long métrage de Julie Hivon  mi-figue mi-raisin ♥♥

Yan, Simon, Roxanne, Maxime et sa soeur Lily sont au début de la vingtaine. L’âge de tous les possibles. Ils sont amis depuis longtemps. Ils débutent leur vie professionnelle. Et voilà qu’un bel après-midi d’été, la voiture de Yan se plante dans un poteau. Le jeune homme meurt sur le coup. Le reste de la bande est sens dessus, dessous. Tous les quatre un peu perdus et se cherchant de nouveaux repères, essayant de retrouver un sens profond à leur existence. Un été où tout bascule, où les pôles s’inversent l’espace d’un moment. Des amis qui se perdent et se retrouvent. La mort, l’amitié, l’amour, la vie quoi…

Après Suzanne Clément en personnage principal dans Tromper le silence, Julie Hivon dissout cette fois-ci son histoire parmi quatre personnages touchés par la mort d’un proche…De Lili à Maxime en passant par Simon et Roxanne : Sophie Desmarais, tout juste sortie de Sarah préfère la course, est radieuse et aurait peut-être gagné à voir son rôle étoffé. La réalisatrice, qui semble encore une fois amoureuse du regard de Maxime Dumontier s’attarde beaucoup plus sur la relation que son personnage noue avec celui de Gabrielle Parré-Beaulieu. Les autres histoires sont quelque-peu anecdotiques même si l’on remarquera la présence, solaire et toujours appréciée de Marie Soleil Dion (Quart de vie) et qui fait face au toujours très doué Charles-Alexandre Dubé.

Qu'estce qu'on fait ici2

S’il présente l’intérêt de montrer de nouveau la fine fleur des jeunes comédiens québécois, Qu’est-ce qu’on fait ici souffre de failles qui devraient le faire malheureusement passer inaperçu dans la saison au combien difficile des sorties automnales (une semaine après Mommy et une semaine avant le FNC gloups). Car ce long métrage n’a pas la qualité de son prédécesseur : Manque de rythme mais surtout d’intrigue, le spectateur est laissé libre de suivre pendant 90 minutes quatre jeunes dont l’histoire s’avère finalement peu fascinante…

C’est avec de petits riens que Julie Hivon souhaitait se démarquer…Malheureusement, avec sa réalisation plutôt simple et linéaire, elle livre un produit final assez banal. C’est fort dommage, son précédent film avait laissé sur une très belle impression….

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *