mujeres al borde de un ataque de nervios (femmes au bord de la crise de nerfs)

Il faut remonter à la fin des années 80, en 88, pour trouver le premier succès du maître espagnol (mais son septième tourné).    Véritable chef d’œuvre de drôlerie pour l’époque, Femmes au bord de la crise de nerf apporte tous les ingrédients propres au cinéma d’Almodovar même si le genre, kitchissime, est très proche du vaudeville.

Ivan et Pepa (Carmen Maura première muse Almodovarienne), deux comédiens de    doublage, prêtent leur voix aux grandes stars du cinéma et se jurent chaque matin dans la pénombre du studio un amour éternel. Mais Ivan abandonne subitement Pepa. Celle-ci va mener son enquête    et découvrir la double vie de l’homme qu’elle aime

Dans ce premier succès européen, les femmes portent des cafetières en guide de boucles d’oreilles, le journal télé    est présenté par une sexagénaire et les filles sautent facilement par la fenêtre pour un peu qu’on leur manque d’attention.

Forcement, elles sont très proches de la dépression nerveuse!

Doté d’un scénario drôle à souhait et aux dialogues tordants, ces « femmes » alternent de l’hystérie à la    jalousie dans un beau pigeonnier qui se transforme peu à peu en pugilat pour cette bande de femmes au bord de la crise de nerf. Carmen Maura domine la bande avec facilité devant une Rossy de    Palma mauvaise à souhait et un Antonio Banderas débutant.

Mujeres2.jpg

On prend grand plaisir à voir et revoir ce qui fait déjà figure de classique pour le plus grand réalisateur    ibérique

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *