Miraculum

Drame choral qui manque son envol – ♥♥

Un couple de témoins de Jéhovah se trouve pris entre interdits religieux et la médecine pouvant sauver l’un d’eux. Deux sexagénaires, vivent une passion illégitime. Un couple noie son ennui dans les addictions. Un homme revient au Québec pour se racheter d’une faute  irréparable. Tous sont à un point de rupture et toutes ces histoires se rejoignent à cet avion en partance pour Cuba.

Miraculum

En voulant offrir un film choral où les trajectoires de tous les personnages se retrouvent autour d’un crash d’avion, Podz offre un film bien fade voire ennuyant. Quelques erreurs techniques  entâchent aussi la crédibilité du film, comme la pluie apparaissant régulièrement lors des scènes extérieures pour souligner les tourments intérieurs mais arrêtant quand la caméra s’approche, ou le survivant du crash, intégralement brûlé mais qui a étrangement conservé ses sourcils.  Le réalisateur offre aussi quelques angles de caméras originaux, mais l’artifice transparaît bien vite. Malgré quelques pistes originales, comme la sexualité des aînés (peu abordée aussi directement) ou les déchirements intérieurs entre la foi et le libre-arbitre, le manque de tonus du scénario et de rythme général de l’oeuvre nous font perdre l’intérêt et les problèmes de transit intestinal de l’un ou des questionnements sur le cellulaire d’un autre finissent rapidement par lasser. La galerie de personnage, idée intéressante, est peu creusée. Chacun est ici fantômatique et ne nous permet pas de nous y intéresser. Xavier Dolan, parfois trop emprunté parfois trop hystérique, n’offre pas une interprétation crédible d’un témoin de Jéhovah se voyant décliner mais dont les convictions ne peuvent le faire accepter une transfusion sanguine qui le sauverait. Seule Marylin Castonguay offre une très belle performance : sans avoir beaucoup de texte, elle incarne son personnage et illumine chacune de ses scènes. Et au final, le spectateur se retrouve beaucoup en Anne Dorval dans ce film : il s’ennuie ferme … avant d’abandonner.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *