Aller à la barre d’outils
Affichage : 1 - 8 sur 58 RÉSULTATS

L’avenir de la relève en cinéma : une discussion en quatre temps (première partie)

Dans notre ère actuelle, très tournée vers le numérique, avec la consommation qui se fait de plus en plus via les systèmes télévisuels et les plateformes de diffusion, j’en suis venu à me demander si, au moment où la relève (dans laquelle je m’inclue) arrivera à la pratique du métier, le médium sera toujours en demande. Discussion avec Louis Bélanger et Éric Falardeau sur l’avenir du 7e art.

MA VIE POUR UN DOLAN

Un Dolan sans surprise dans les thèmes peut-on lire à loisir dans la presse, un cinéma nombriliste qui rabâche les obsessions d’un réalisateur qui nous avait habitués à mieux. Mais ce que le film réussit, ce qui filtre entre les tics de réalisation, entre les manques de subtilité, c’est l’honnêteté d’un romanesque.

Juste la fin du monde: comment j’ai tué Mommy!

Dolan est volubile, il tombe souvent juste, mais il n’a malheureusement pas encore trouvé la manière de le faire en toute simplicité. On pardonnait à J’ai tué ma mère la naïveté et l’insouciance d’une première œuvre qu’on imputait aux maladresses d’un débutant. Seulement, après 5 films, le risque est de lasser un auditoire qui a peut-être encensé trop vite un réalisateur conforté dans l’image que l’on a de lui. Car malgré des débuts prometteurs, Dolan n’a rien inventé.