The Host (les âmes vagabondes)

Un histoire pour adolescente sur font de SF futuriste : Sans intérêt! ♣

 Depuis que la Terre a été envahie par des extraterrestres pacifistes qui prennent possession du corps des humains, la vie est paisible sur la planète. Des survivants essaient cependant de préserver leur liberté face à ces envahisseurs et doivent donc se cacher. Capturée alors qu’elle cherchait à protéger son jeune frère, Melanie devient le réceptacle de Wanda, une âme extraterrestre, et cohabite avec elle dans un seul corps. Parvenant à s’enfuir, elles rejoignent une colonie d’humains, qui la voient d’abord comme une menace. Au fil du temps, Melanie et Wanda gagnent la confiance des autres, en particulier de Jared et de Ian, qui sont amoureux d’elles.

Sachez-le d’entrée de jeu, la science fiction dans ce film n’est que prétexte à une romance adolescente teenager pathétique à souhait. Andrew Niccol, à qui l’on doit l’excellent Gattaca, semble s’être perdu dans l’adaptation d’un best-seller pour adolescente pré-pubère en manque de romans Harlequin.

En effet, le film enchaîne les moments cocasses de jeunes à la libido plutôt complexe. Pour cause, Melanie devient Wanda et Wanda devient Mélanie. Donc deux âmes pour un corps c’est beaucoup!

En outre, la voix intérieure de Wonda est souvent utilisée à mauvais escient et souvent risible.

 

Les atouts Kruger et Hunt finissent par être des faire-valoir de jeunes acteurs n’ayant d’autres choix que de jouer les romances à l’eau de rose.

Alors forcement, ça glousse dans la salle (le public adulte forcement); le public ado, friand de Twilight, y verra peut-être un intérêt…C’est d’ailleurs un des romans de Stephenie Meyeur que le talentueux Andew Niccol adapta pour l’occasion…

 

The-Host-Movie-wallpaper-the-host-movie-33567699-1920-1200.jpg

 

Malheureusement, il y laissera lui aussi son âme en se laissant submerger par les bons sentiments mièvres et quelques histoires d’amour dont on se serait bien passé.

Le récit finit par agacer et le spectateur n’a plus qu’un intérêt finalement : attendre le générique de fin avec impatience…

 

 

 

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *