Fifi hurle de joie (Fifi Az Khoshhali Zooze Mikeshad)

Touchant et espiègle hommage à un peintre oublié – ♥♥♥♥

Après la révolution iranienne, Bahman Mohasses a quitté l’Iran. Depuis, il a disparu aux yeux du monde, certains le croyant mort. La réalisatrice Mitra Farahani l’a retrouvé dans une chambre d’hôtel à Rome. Entre complicité et fausse soumission, les deux artistes nouent un lien tendre pour permettre à Bahman Mohasses de retrouver sa gloire passée.

Fifi_hurle_de_joie_affiche

Avec une mise en scène très élégante et espiègle, Mitra Farahani rend un vibrant hommage à un des grands peintres iraniens oubliés du siècle passé. Connu pour sa langue acerbe et ses oeuvres subversives, le peintre accepte d’être filmé en imposant tout à la cinéaste, d’un cadrage à la musique, en passant par ce qu’elle a droit de manger (je vais vous raconter ma vie moi-même afin que n’importe quel imbécile ne prétend pas écrire ma biographie comme il lui convient !). Avec de subtils et très comiques ruptures de tons, cassures dans la narration et intégration de séquences « off », la fausse-soumise dresse un portrait piquant et contrasté de ce monstre d’égotisme, enragé contre son pays (je n’ai jamais connu un peuple aussi lâche !). Saisissant les fêlures de ce grand fauve craint par tous ceux qui le côtoient, la caméra montre l’homme blessé par la vie et n’en attendant plus rien (j’espère que je n’étais pas une grande illusion pour vous … je l’étais pour moi). Retiré du monde, ce Francis Bacon iranien a détruit la plupart de ses oeuvres, disant refuser de passer à la postérité. Ce beau portrait d’artiste nous montre aussi les contradictions de l’homme, qui se fout de « l’immortalité et toutes ces bêtises« , mais dont le regard brille dès qu’il voit l’intérêt de son interlocuteur pour son travail, misanthrope, mais pleurant à chaudes larmes devant un film de Visconti. Extrêmement touchant, le film se clôt sur les mots qu’il avait choisi, mais qui seront aussi ses derniers, le peintre s’éteignant le 28 juillet 2010.

Réalisatrice : Mitra Farahani, Productrice : Marjaneh Moghimi, Producteur exécutif : Fereydoun Firouz, Chef monteur : Yannick Kergoat, Compositeur : Tara Kamangar, Mixage et montage son : Amir Hossein Ghasemi, Directeur de la photographie : Mitra Farahani, Chefs monteurs : Suzana Pedro & Pershang Shafigh, pays : États-Unis & France, durée : 98 min.

Film présenté en compétition internationale longs-métrages.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.