Aller à la barre d’outils

Chagall – Malevitch

Amateurs d’Art russe : passez votre chemin! ♥

L’amour intègre qui unit Bella Rosenfeld à son mari, Marc Chagall, se déroule dans le contexte des conflits opposant le célèbre peintre au brillant artiste contemporain Kasimir Malevitch.

kinopoisk.ruAlexandre Mitta est visiblement plus habitué au genre des téléséries qu’au grand écran et la transposition ne rend vraiment pas hommage aux deux génies de la peinture russe du tournant du siècle. L’histoire, les personnages et les situations manquent de crédibilité, de fougue et d’âme et la volonté du réalisateur de montrer à l’écran comment naît l’imagination de ces deux artistes démiurges sombre dans le ridicule le plus consternant. Le film manque très visiblement de moyens et les effets spéciaux sont ratés voire prêtent à rire.

Aussi scénariste, il cherche à infuser un peu de folie slave dans les situations et dans les personnages secondaires, mais le trait est trop forcé, rien ne tient et l’on s’ennuie rapidement. Les raccourcis rapides ne rendent pas hommage ni au génie de ces artistes ni n’explique vraiment les caractéristiques de leurs styles. Même Chagall est résumé en un sourire niais et Malevitch en une machoire serrée. De la volonté de Chagall de faire de Vitebsk la capitale de l’Art, vous n’apprendrez que très peu de choses et les rapports compliqués entre la révolution russe, le nouveau pouvoir politique et les artistes sont abordés sous l’angle de la comédie légère. Mais sur des artistes de cette trempe et sur une histoire peu contée, pourquoi choisir ce genre et tout traiter à la va-vite? En ressort un grand sentiment de gâchis…

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *