Big Ass Spider

C’est frais, c’est drôle, c’est de la série B par excellence, et c’est extrêmement jouissif.  ♥♥♥½
La ville de Los Angeles est plutôt mal barrée ! Une expérience militaire a sérieusement déraillé, forçant un hôpital à être mis en quarantaine stricte alors que le personnel et les soldats multiplient les efforts pour maîtriser une dangereuse araignée génétiquement modifiée qui se déplace avec énormément de vitesse et d’agilité, crachant un venin meurtrier et grossissant à un rythme important. Mais ceci n’Arrêtera pas ce qui s’en vient. Avant que vous puissiez dire « méga araignée », la ville est confrontée au scénario fâcheux de devoir tenter d’exterminer un instable arachnide de 50 pieds. Et la satanée créature continue de grossir. Un exterminateur malchanceux et un garde de sécurité étant devenu son meilleur ami pourraient être le dernier espoir de l’Humanité….
De retour après un « Convent » démoniaque et un « Gravedancers » au joli succès, le réalisateur Mike Mendez signe avec ce Big Ass Spider, un excellent film rythmé et drôle à souhait
Que demander de plus à un film de série B que de divertir    ?
A cette question, le Big Ass Spider de Mendez relève son pari avec brio.
Avec une intrigue dans la veine de Ghosbtuster (la poursuite de vermine par un exterminateur), l’histoire    s’inspire au final de nombreux films aux bébêtes géantes (Godzilla, La guerre des mondes, Men In Black) la dose d’humour et de grotesque en plus. C’est d’ailleurs grâce à sa bonne humeur et son dynamique que le long métrage nous convainc (plutôt que par sa prise de risque)
Greg Grunberg se donne à fond dans son rôle de loser … Il faut dire que les aventures de son personnage ont été écrites avec beaucoup de mouvements et de blagues vaseuses. A votre programme  de jolies joutes verbales avec Lombardo Boyar…
Et l’on rappellera l’adage inquiétant qu’il y a pire que de voir une araignée…c’est de ne plus la voir    !
Osez, vous aussi, l’araignée géante !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.