Accueil Evenements Fantasia The Zero Theorem
The Zero Theorem

The Zero Theorem

3
0
Note de l'auteur
Notes des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Un retour en demi-teinte pour Therry Gilliam ♥♥½

« Nous sommes généralement, partout, seuls. »

« Nous » étant Qohen Leth, un brillant mathématicien à la recherche du sens de l’existence alors que tout ce qu’il fait de ses journées est de s’épuiser à travailler pour une corporation sans visage et sans âme, entrant des chiffres dans un ordinateur sans vraiment savoir ce que ça donne, mais en étant certain qu’il pourrait accomplir quelque chose d’important s’il était laissé à lui-même. Puis il obtient son vœu : son patron, Management, lui assigne le Théorème Zéro, une formule mathématique qui pourrait prouver que le sens de la vie est en fait le néant. Ce théorème a eu le dessus sur des programmeurs inférieurs, mais Qohen est déterminé à le résoudre et à découvrir la raison d’être du monde, dans la mesure où il pourra travailler sans distraction. Mais des distractions ne cessent de se présenter : un psychiatre en ligne fourni par la compagnie; son superviseur; le fils génial de Management; et finalement, Bainsely, la jolie femme qui donne à Qohen non seulement le « Nous » qu’il ne savait pas qu’il recherchait et la chance de connaître l’amour et le bonheur, mais aussi l’opportunité de prouver que le Théorème Zéro est erroné.

Therry Gilliam n’est plus ! Vive Therry Gilliam !

The Zero Theorem02

L’auteur de Brazil et 12 Monkeys est cette année de retour avec un film de science-fiction non-spectaculaire, centré sur l’intime et qui se veut la conclusion de la trilogie Orwellienne.

Froid, pessimiste et peut-être un chouillat trop post-produit (surcharge des aspects futuristes fluo), The Zero Theorem déçoit à plusieurs niveaux…Tout d’abord par sa narration, plutôt simple mais également parce que le réalisateur ne veut en rien sauver ses personnages de la fin imminente…

Mais avouons-le complètement, Zero Theorem déçoit…non pas car le film est raté (il se laisse très bien regarder dans ses successions de dialogues très écrits) mais bien car l’on attendait du Therry Gilliam… de celui capable de faire tenir debout des scénarios les plus fous…Malheureusement son petit dernier n’est pas de ceux là

S'inscrire à notre infolettre !
Fondé en 2012, Cinémaniak est une revue de cinéma exclusivement web qui s’est donnée comme mission de promouvoir le septième art sur le continent nord-américain. Notre mission est de donner la parole à des passionnés de cinéma capables de rendre accessible l’art qu’ils affectionnent.
Nous détestons les spam. Votre adresse courriel ne sera pas vendue ou partagée avec quelqu'un d'autre. Promis!
(Visited 3 times, 1 visits today)

Archives