TPB : AFK

Ambitieux documentaire sur la fermeture du plus grand annuaire de lien de téléchargement illégal, TPB : AFK retrace les déboires judiciaires vécus par les administrateurs du site Pirate Bay entre notions de piratage, de copyright et de liberté d’expression. ♥

TPB désigne « The Pirate Bay », ce moteur internet de recherche de torrent (lien vers un fichier piraté)

AFK désignant le terme « Away from Keyboard » (à savoir « pas devant l’ordi » tel un joueur de plateforme ayant eu besoin de s’absenter quelques minutes…)

 

Février 2013, nous sommes à la fin du procès en appel des créateurs du site The Pirate Bay, le plus grand concernant le téléchargement illégal. Comme se plaisent à le dire ces protagonistes, TPB c’est tellement plus gros, tellement plus important que Napster (site qui avait également du fermer ses forces aux Etats-Unis).

Ici nous sommes en Suède, ce qui n’est pas vraiment anecdotique lorsqu’on connaît le respect des valeurs des scandinaves.

 

Le documentaire financé par de nombreuses chaînes européenne, ainsi que des dons personnels (et disponible sur youtube), livre une superbe analyse, non pas de jeunes geeks ayant une idéologie qu’ils souhaitent faire respecter, mais plutôt celle d’une génération experte dans des nouvelles technologies face à des gouvernements toujours aussi rétrogrades et non-qualifié face à une telle ampleur.

D’ailleurs, dès le début, Peter Sunde, porte-parole de TPB impose la nuance entre IRL (in real life) et AFK : « Nous n’utilisons pas l’expression IRL. Nous préférons AFK. Nous pensons que l’internet est réel »

Les politiciens penseraient-ils encore que l’internet ne fait pas partie de nos vies?

 

tpb-afk-the-pirate-bay-documentary-trailer.jpg

 

Le monde est en train de changer et plutôt que de favoriser l’évolution, les gouvernements semblent privilégier le répressif.

 

Le docu de Simon Klose suit, sur plusieurs années, les étapes du processus judiciaire de l’affaire TPB : Intriguant, déroutant et forcement intéressant. Il s’attarde aussi sur les personnalités des membres, sur leur naïveté autant que leur bonhomie.

 

Puis la sentence finit par tomber…Un an de prison ferme et une incompréhension des membres…

L’évolution, ce n’est pas pour demain!

 

 

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *