Un prof pas comme les autres

Sans vouloir faire un mauvais jeu de mots, Un prof pas comme les autres est réellement un film pas comme les autres. ♥♥♥

L’histoire est des plus banales, un professeur qui, dans les faits, est plutôt un ancien prisonnier devenu professeur-remplaçant par un malheureux concours de circonstance devient l’enseignant de la classes des élèves les plus turbulents d’un école en décrépitude. Cela sera son chemin de Damas et dans l’équation, les élèves retrouveront le droit chemin.

Mais au delà de cette banale histoire, il y a une mise en scène inhabituelle et un humour particulier. Esthétiquement, le film a quelques choses de très criard, couleurs vives et haut contraste, toujours sur-éclairé. Les comédiens jouent gros, souvent même de façon caricatural. On sent clairement l’univers caractéristique des comédies bollywoodiennes. L’humour, les jeux de mots, les situations, les réactions des personnages, tout est grossier, d’un vulgaire bon enfant. Le public cible est l’adolescent, ceux et celles qui se s’identifieront aux élèves de cet étrange personnage. Le niveau de vulgarité est fixé à la limite acceptable pour un jeune de 13 ans, Bora Dagtekin, le scénariste et réalisateur, joue beaucoup sur cette limite.  

Je vais être franc, je suis passé proche de quitter le cinéma 20 minutes après le début de la séance. Cette ensemble grossier a, à première vue, quelques chose de fondamentalement rebutant. Cependant, plus les scènes passent, plus nous arrivons à nous habituer à cette univers, à accepter les directions de la mise en scène, à même prendre en affection certains personnages. Puis il y a une scène assez charnière, le faux-professeur riposte à l’aide d’une carabine de paintball aux méfaits des étudiants, il y a un coté jouissif de voir un enseignant prendre les grands moyens, toujours de façons politiquement incorrect, pour remettre les plus turbulents à leur place. Si après 20 minutes, nous étions près à quitter, après une heure, nous sommes absorbé par cette histoire, qui finalement à le mérite d’être original, qui a le mérite de prendre un récit tout à fait banal et d’en faire un objet esthétique qui est tout sauf banal.  

Pour l’anecdote, le film est sortie en 2013 en Allemagne où il fut l’un des meilleurs box office de l’année.

Ouvoir.ca

Écrit par :

**class!K**

Un commentaire

  1. 4 juillet 2015
    Reply

    Excellent film. Un bon moment de détente avec cette comédie. en tout cas, meilleur que les profs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *