Mensonges [Saison 1] sort en dvd

Mensonges, une série policière québécoise qui fait bonne figure face aux canons du genre américain. ♥♥♥♥

Julie Beauchemin, interprétée magistralement par Fanny Mallette, mère de famille sur le bord de l’éclatement, est la chef d’équipe d’une escouade policière spécialisée dans les interrogations. Elle fait équipe avec Maxime (Éric Bruneau) fraîchement débarqué à Montréal et Bob Crépault (Sylvain Marcel), les yeux de Julie sur le terrain. D’épisode en épisode, ils vont résoudre multiples meurtres liés aux trafics d’animaux empaillés, vols d’idées scientifiques, etc…

À la télévision québécoise, les séries policières ne furent pas légion, et ceux qui pouvaient réellement concurrencer  l’offre américain sont encore moins nombreuses: Fortier, 19:2 et à la limite, Le Négociateur dans les réussites du genre. Dans la catégorie classique, d’un épisode, une enquête, Mensonges fait très bonne figure.

Produit par TVA pour l’une de ces chaînes parallèles, AddickTv, Mensonges ne fait pas trop sentir son budget limité: Limitations des lieux de tournages (pour la majorité au quartier général de l’escouade), peu de personnages et d’intrigues parallèles superflue et peu de scènes d’action, limitées a quelques flash-back ici et là. Ces économies de moyen s’inscrivent parfaitement dans les tournures scénaristiques.

header

Coté scénario, tout se tient relativement bien, c’est efficace et crédible. La crédibilité pour une série policière, c’est le plus gros défi, puisqu’il est aisé d’accumuler les invraisemblances… . Il y a quelques passages un peu gros, par exemple dans le premier épisode, Julie et son conjoint sont à la recherche de leur enfant disparu, mais durant cette recherche, ils prennent le temps de discuter d’un avortement que Julie a subi un an auparavant. Est-ce que c’est vraiment le moment d’informer le spectateur sur un fait qui aura tout de même une certaine importance sur le court dramatique de l’intrigue? Légèrement pompier, à la limite du plausible.

Au cinéma, Sylvain Archambault n’a pas encore trouvé un projet ou un sujet qui montrerait réellement son talent. Cependant, après avoir réalisé 17 des 24 épisodes du Négociateur, ainsi que l’intégral de la série sur les Lavigueurs et maintenant, avec Mensonges, nous nous apercevons que  le médium télévisuelle le convient parfaitement. Jamais dans la série le spectateur se sent étouffé par le huit-clos, grâce à sa façon qu’il a de filmer les fenêtres et miroirs, sa mise en scène prend de l’ampleur. Il est notre James Burrows québécois!

Une mention est à portée à l’ensemble des comédiens….Magalie Lépine-Blondeau et Mélissa Désormeaux-Poulin en tête; Tous et toutes livrent des performances dignes de ce nom !

Écrit par :

**class!K**

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *