Les profs

La troisième réalisation de Pierre-François Martin-Laval: Con mais parfois drôle ♥♥½

Avec ses 12% de réussite au bac, le lycée Jules Ferry est le pire lycée de France. Ayant déjà épuisé toutes les méthodes conventionnelles, l’Inspecteur d’Académie, au désespoir, s’en remet aux conseils de son Adjoint. Ce dernier lui propose de recruter une équipe de professeurs selon une nouvelle formule : aux pires élèves, les pires profs pour soigner le mal par le mal… C’est sa dernière chance de sauver l’établissement, à condition de dépasser le seuil des 50% de réussite au bac. L’inspecteur accepte, pour le meilleur… et pour le pire.

Il serait trop facile de tirer sur les profs comme on peut souvent déboulonner les comédies lourdingues…Pourtant sans révolutionner le genre, le troisième long métrage de PEF est un divertissement plutôt réussi et qui ressemble fortement à son créateur.

En tête d’affiche des Profs les plus délurés du film, et adapté d’une bande-dessinée disponible dans toutes les librairies, on retrouve Polochon (Pierre-François Martin-Laval), professeur d’Histoire qui transforme bien souvent sa salle de classe en reconstitution historique ; Gladys (Isabelle Nanty qu’on sent passer légèrement à côté de sa carrière), peau de vache et professeur d’anglais ; Eric (Arnaud Ducret) ; Cutiro, surnommé ‘Tirocu’ (Christian Clavier), si fainéant que la matière qu’il enseigne reste un mystère ; Albert (Fred Tousch), professeur de physique-chimie réputé pour les explosions fréquentes dans sa classe ; ainsi que Maurice (Raymond Bouchard), prof de philosophie et enfin Amina (Stéfi Celma), enseignante de français très séduisante.

On connait bien Pierre François Martin-Laval pour ses pitreries avec les Robins des bois…également pour ses seconds rôles dans de nombreuses productions françaises…mais surtout pour un premier film très réussi : Essaye-moi

Ici il enchaîne les situations cocasses et/ou idiotes à un rythme incroyable. Même lorsque cela s’essouffle, il réussit à trouver de quoi faire remonter le soufflé. L’esprit Robin des bois n’est jamais loin mêlant le recherché avec le vulgaire…

Il excelle en anti-héros cherchant à tout prix à plaire à une jolie demoiselle…Peut-être aurait-il fallut humaniser un chouillat les autres personnages afin d’en apprécier encore plus leur caricature.

Certes c’est moins subtile ou mignon qu’Essaye-moi mais cela aura le mérite d’être plus rassembleur. On passe un agréable moment devant cette comédie potache !

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *