La voz dormida

Une approche dramatique d’un passage sordide de l’histoire espagnole : Larmoyant!  ♥♥♥♥

Pepita arrive à Madrid de son Andalousie natale. Nous sommes en 1940 et elle souhaite se rapprocher de sa sœur    enceinte mais emprisonnée pour avoir collaboré contre le régime de Franco…  

Très vite, dans une thématique des plus larmoyantes et face au jeu irrésistible de Maria Leon, on se dit que cela va pleurer fort…Comment ne pas être touché par le sujet? La lutte contre le gouvernement Franciste et surtout les conséquences de ses atrocités.

Adapté d’un roman de Duce Chacon, sorte de témoignage historique sur les événements post-guerre civile, l’histoire se    déroule en 1940.

Si le récit est loin du documentaire, il tient le spectateur très facilement…tel une Tatiana de Rosnay avec son  « elle s’appelait Sarah »

Le souhait des scénaristes était donc clairement d’aller chercher le mélo face au drame historique…Fort heureusement ils peuvent remercier la qualité de leurs interprètes à commencer par Maria Leon qui porte véritablement le film grâce à une superbe performance

Inma Cuesta, qui a de faux airs d’une Penelupe Cruz période « Todo sobre mi madre », livre également une    performance poignante mais son histoire s’étire un peu dans la longueur (et forcement dans le mélo)

C’est peu de défaut pour un épisode de la guerre d’Espagne dont il fallait parler. Allez en pleurer maintenant!

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *