Angèle et Tony

Un film qui s’est fait remarquer l’an dernier à Venise et Deauville…malgré son côté prévisible et parfois quelque longueurs.  ♥♥½

L’histoire :

Pour récupérer son fils dont elle a perdu la garde, une mère de 27 ans, écorchée vive, tombe amoureuse d’un marin bourru…Et il va sans dire    qu’un mariage avec un type bien ferait bon effet dans le dossier confié à la juge….  

Pour son premier long-métrage, Alix Delaporte choisit le terrain plutôt typique de la romance entre deux êtres que tout, sur le papier, sépare.    Lorsqu’une belle sauvageonne s’amourache d’un vieux loup de mer, on peine à croire le tout réaliste. C’était sans compter sur la composition de ses deux interprètes principaux.

S’ils ont tous les deux reçu un césar de la meilleure révélation pour ce film, c’est sans aucun doute pour une bonne raison : les    interprètes réussissent vraiment à rendre une incompatibilité réelle en une réalité tout à fait plausible. A l’instar d’un duo Depardieu/De France (façon « Quand j’étais chanteur » mais    dans un autre registre), le couple composé de Clothilde Hesme (qui n’est toutefois plus un espoir depuis « Les chansons d’amour ») et Gregory Gadebois fonctionne à merveille devant la    caméra d’Alix Delaporte.  Surtout, l’actrice principale ose explorer mille lieux différents du métier d’acteur. Ici de nouveau, elle rayonne :    Alix Delaporte aurait pu confier le rôle à une Charlotte Gainsbourg il y a quinze ans, ou à une Helene Filière toute en perdition…Clothilde Hesme fait ici exactement ce qu’il faut pour rendre son    personnage de fille perdue crédible et touchante à la fois.

La caméra de la réalisatrice, fort heureusement, ne tombe jamais ni dans le mélo, ni dans le pathos et parvient alors à toucher. Le port situé    au fin fond du Calvados est crucial…Il pose le film dans une réalité sociale difficile.

Pourtant là où la caméra trouve sa véracité, c’est lorsqu’il s’agit de comprendre la pudeur de Tony, attiré malgré lui par cette Angèle    offerte. Il ne veut pas mal l’aimer…ni même tomber dans le coup d’un soir dont elle semble se contenter. Le film analyse l’évolution de leurs rapports….Comme la reconstruction d’une femme grâce à    un homme…

Le tout est dénué de sentimentalisme inutile mais malgré quelques longueurs, le spectateur y trouve une authenticité perceptible. De bon espoir    !

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *