Dead Man Talking passe inaperçu aux Magrittes

Dead man talking

 

Leader des nominations aux Magrittes avant samedi soir, l’excellent Dead Man Talking est finalement le grand perdant de la cérémonie qui aura préféré récompenser des films à plus grande exposition mondiale en 2012.

 

Légitime dirons-nous puisque le film de Patrick Ridremont ne sort en France que fin mars et quelque semaines avant au Québec.

 

cover-a-perdre-la-raison

 

A perdre la raison de Joachim Lafosse est le grand gagnant avec quatre des prix les plus prestigieux : Meilleur film et réalisateur et meilleure actrice pour Emilie Dequenne.

Deux surprises : L’exercice de l’état remporte trois prix alors même que le film est sorti en 2011…

Résultat Olivier Gourmet remporte le trophée de meilleur acteur au né de Matthias Schoenaerts (WTF?)

 

Le majeur problème de Dead Man Talking, c’est sa non-reconnaissance internationale pour le moment…38 témoins (qui a reçu le prix du scénario) et A perdre la raison ont tous les deux obtenus succès critique et public en Europe…

 

Maigre consolation, le prix du meilleur espoir masculin pour David Murgia dans La tête la première.

 

 

 

MEILLEUR FILM : A perdre la raison de Joachim Lafosse (Versus)MEILLEUR REALISATEUR : Joachim Lafosse pour A perdre la raison

MEILLEURE ACTRICE : Emilie Dequenne pour A perdre la raison

MEILLEUR ACTEUR : Olivier Gourmet pour L’Exercice de l’Etat

MEILLEUR SCENARIO : Lucas Belvaux pour 38 témoins 

MEILLEUR FILM ETRANGER EN COPRODUCTION :

L’Exercice de l’État de Pierre Schoeller (Les Films du Fleuve)

MEILLEUR FILM FLAMAND EN COPRODUCTION :

À tout jamais – Tot altijd de Nic Balthazar (Entre Chien et Loup)

 

 

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE : Yolande Moreau dans Camille redouble

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE : Bouli Lanners dans De rouille et d’os

MEILLEUR ESPOIR FEMININ : Anne-Pascale Clairembourg dans Mobile Home

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN : David Murgia xdans La tête la première

 

MEILLEURE IMAGE : Hichame Alaouie pour L’hiver dernier

MEILLEURS DECORS : Alina Santos pour Dead man talking

MEILLEURS COSTUMES : Florence Laforge pour Le grand soir

MEILLEUR SON : Julie Brenta et Olivier Hespel pour L’Exercice de l’Etat

MEILLEUR MONTAGE : Sophie Vercruysse pour A perdre la raison

MEILLEURE MUSIQUE ORIGINALE :

Coyote, Renaud Mayeur, François Petit et Michaël de Zanet pour Mobile Home

 

MEILLEUR COURT-MÉTRAGE :

Le cri du homard de Nicolas Guiot (produit par Ultime Razzia Productions)

 

MEILLEUR LONG-MÉTRAGE DOCUMENTAIRE :

Le thé ou l’électricité de Jérôme le Maire (produit par Iota Production)

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *