Nebraska

Une histoire vraie version Alexander Payne – ♥♥♥

Après avoir reçu une lettre lui annonçant qu’il a gagné un million de dollars à un concours, un vieil homme décide de partir chercher son prix. Après quelques hésitations, son fils David l’accompagne, du Montana au Nebraska, souhaitant profiter de l’occasion pour renouer avec son père, alcoolique et sénile. 

nebraska_affiche

Un des écueils que le spectateur devra affronter est qu’on ne peut s’empêcher de penser à Une histoire vraie pendant un bon tiers du film. Malheureusement, ni Payne à la réalisation ni Orton à la musique ne sont au niveau de Lynch ou de Badalamenti. Le scenario n’a ici rien d’original et on peut prévoir à l’avance une bonne partie du film, mais certaines scènes valent malgré tout leur pesant de rires. Ainsi, le road-movie est ici l’occasion pour le père et le fils de passer du temps ensemble pour mieux se connaître mais les répliques de Bruce Dern viennent rajouter du piquant à des situations trop mielleuses, comme lorsque son fils décide de faire une halte devant le mont Rushmore (« C’est même pas fini ! … On dirait que quelqu’un en a eu marre en le faisant ! Bon on s’en va !« ). Homme au crépuscule de sa vie, qui refuse pour une fois de céder, alcoolique et aigri, le personnage de Woody est magnifiquement campé par un Bruce Dern intensément sensible et faillible, cette performance lui ayant d’ailleurs valu la palme du meilleur acteur au festival de Cannes 2013. Son personnage fait le pont de manière très habile entre les registres comiques et dramatiques du film. Mais June Squibb est l’autre bonne raison d’aller voir ce film, chaque scène avec elle étant un monument d’humour noir, et on sent l’actrice cabotiner en mégère sauvage désinhibée avec un plaisir tout particulier. Extrêmement critique et sarcastique sur les rapports familiaux et l’Amérique profonde, notamment lors de l’arrêt à Hawthorne, le film retombe cependant assez étrangement dans sa dernière partie dans le travers hollywoodien classique : les bons sentiments et le sirupeux.

Réalisation : Alexander Payne, Scénario : Bob Nelson, Distribution : Bruce Der, Will Forte, June Squibb, Bob Odenkirk, Stacy Keach, Direction artistique : J. Dennis Washington, Décors : Sandy Veneziano, Costumes : Wendy Chuck, Montage : John Jackson, Musique : Mark Orton, Photographie : Phedon Papamichael, Son : Frank Gaeta, Production : Albert Berger & Ron Yerxa, Pays d’origine : États-Unis, Durée : 115 min.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *