La fille du martin

Une production indépendante québécoise d’un réalisateur de 23 ans : Risible !  ♣

Sara (Catherine Michaud), jeune femme originaire du Lac-Saint-Jean, travaille au Twit Palace, une animalerie gérée par sa mère (Nathalie Cavezzalie), à Montréal. Après l’annonce du décès de son père, elle décide de rejoindre Roberval le temps d’un    week-end pour honorer la partie de pêche qu’ils avaient prévue ensemble. Installée dans une pourvoirie, Sara va vite s’éprendre de Dan (Samuel Thivierge), un ancien camarade de l’école primaire    qui travaille avec son frère dans le pavillon de pêche de leur père.

Comment un film de la sorte peut-il être distribué dans un festival international tel que le FFM ? S’il existait un jugement négatif, la note serait descendu beaucoup plus bas (surtout lorsqu’on sait qu’Only God Forgives s’était pris un 0…au moins chez Refn la cinématographie est superbe !)

Cette fille du Martin est un film québécois familial, premier long de Samuel Thivierge actuellement en compétition mondiale des premières œuvres du FFM.

 

Doté d’un cadrage des plus mauvais et d’un assistant caméra qui ne sait pas faire le point, le spectateur est utilisé tel le testeur d’une plaisanterie qui dure une heure et demie (lorsqu’on ne sort pas de la salle plus tôt comme beaucoup ont fait !). C’est donc avec une belle migraine à cause de flous incessants que le spectateur sort après avoir constaté cette chose.

La photo est digne d’une série ado des années 90 et il convient d’avouer que le physique de l’actrice et une musique incroyablement kitch (type Leona Lewis) n’aide pas à faire oublier ses influences au réalisateur…(après tout il a 23 ans et ne semble pas distinguer l’art de l’amusement)

Seul point positif, sa personnalité à l’écran avec une nonchalance intéressante. Malheureusement cela semble plus être sa personnalité qu’un jeu d’acteur…

Durant tout le film, on a l’impression de regarder une vaste blague et on se demande surtout comment un projet comme celui-là peut réussir à trouver pour 300 000$ de financements (même indépendants !!!)

Ça ne sert à rien d’avoir des hélicoptères si l’essentiel n’est pas ! On sent que Samuel Thivierge n’a pas la prétention d’un jour faire dans l’art…

On n’avait pas vu aussi mauvais depuis Désordres l’an dernier (lui aussi au FFM)

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.