Je fais le mort

Sympathique comédie où plane l’ombre de Pascal Thomas ♥♥♥

A 40 ans, Jean, comédien, est dans le creux de la vague… Il court le cachet sans succès. Au pôle Emploi Spectacle, sa conseillère lui propose un job un peu particulier : prendre la place du mort pour permettre à la justice de reconstituer les scènes de crime.
Son obsession du détail bluffe les enquêteurs et va permettre à Jean de revenir sur le devant de la scène dans une affaire délicate à Megève, hors saison, suite à une série de meurtres…

Jean Paul Salomé est un caméléon en termes de cinématographie; Il a touché à de nombreux genres allant de la comédie (Restons groupés) au film de guerre (Les femmes de l’ombre) en passant par le thriller (le caméléon) et l’adaptation d’Arsène Lupin… Bref, un metteur en scène qui s’essaye !

Le genre qui lui réussit le mieux est sans doute la comédie qui lui ont d’ailleurs permis de jolis succès (Les braqueuses est d’ailleurs sa plus belle réussite même si le film a vieilli…) à date.

Avec Je fais le mort, on annonce une nouvelle comédie avec deux comédiens bankable de ces dernières années : François Damiens et Géraldine Nakash. Or, malgré une bande annonce très drôle, il conviendra de dire que le genre « comédie » ne s’apparente pas tout à fait au septième film du réalisateur français. En effet, on rit peu et il faudra plus facilement rapprocher ce long métrage aux fantaisies de Pascal Thomas qu’à des comédies lourdingues. En outre, il y a dans Je fais le mort un petit côté Agatha Christie qui n’est pas sans rappeler la trilogie des Beresford.

On nous vend donc une sympathique comédie mais le film est finalement réalisé comme un cluedo sympathique à la mise en scène contrôlée. Il doit beaucoup à son acteur principal, François Damiens, irrésistible en acteur raté. Un bon moment !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *