Décès de la cinéaste belge Chantal Akerman

Chantal Akerman laisse derrière elle une œuvre colossale, personnelle et hautement inspirante.

C’est le 5 octobre que la cinéaste belge Chantal Akerman a rendu son dernier souffle à l’âge de 65 ans. Souffrant de maniaco-dépression, le journal Le monde attribut son décès à un suicide bien que son producteur ait refusé de préciser la cause.

Cinéaste farouchement indépendante et influencée notamment par le travail des cinéastes expérimentaux tels que Michael Snow ou Andy Warhol, elle a réalisé une cinquantaine de films allant du drame au documentaire ou à la comédie musicale dans une carrière s’étalant sur près de 50 ans.

Jeanne Dielman – Un film essentiel

Dans sa carrière, on retrouve nombre de films marquants pour plusieurs cinéastes des 40 dernières années; Je, tu, il, elle, Nuit et jour ou encore La Captive, adaptation de Marcel Proust et l’un des beaux films de la décennie 2000. C’est toutefois pour son chef d’oeuvre, Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles, que Chantal Akerman ne sera jamais oubliée. Ce film fut une influence majeure pour des cinéastes tels que Todd Haynes ou Gus Van Sant (notamment sur Last Days). Le film, sorti en 1976,  se retrouve même en 36e position des meilleurs films de tous les temps selon la prestigieuse liste compilée par le magazine Sight and Sound, sans doute la recension la plus complète et réputée dans le domaine cinématographique.

661full-jeanne-dielman,-23-quai-du-commerce,-1080-bruxelles-screenshot

Une carrière à part

Partant de prémisses souvent autobiographiques, Chantal Akerman a tracé une voie qui lui est propre en parallèle des mouvements cinématographiques mondiaux qui ont eu la cote durant toutes ses années d’activités. Le réalisme, la narration en voix off ou les plans fixes sont au nombre des caractéristiques de son cinéma. Nous avons pu constater la richesse de son cinéma lors de la présentation de son dernier film à Montréal, La Folie Almayer, qui était de la programmation du Festival du Nouveau Cinéma en 2011. une rétrospective lui sera consacré lors de la prochaine édition des Rencontres Internationales du documentaire de Montréal qui comprendra son plus récent film, No Home Movie, un documentaire sur sa mère ayant survécu au camp nazis, en plus d’un documentaire à son sujet,  I Don’t Belong Anywhere – Le cinéma de Chantal Akerman, ainsi que De l’autre côté, en collaboration avec la cinémathèque québécoise  . Ce sera l’occasion idéale pour rendre hommage à la carrière d’une grande personnalité du cinéma mondial.

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *