Alliés – Du classicisme pour le papa de Forrest Gump

Avec Alliés / Allied, Robert Zemeckis met en scène Brad Pitt et Marion Cotillard dans un thriller trop classique et trop fade pour fédérer un public aujourd’hui avide de sensations fortes ! ♥½Casablanca 1942.  Au service du contre-espionnage allié, l’agent Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beauséjour lors d’une mission à haut risque. C’est le début d’une relation passionnée. Ils se marient et entament une nouvelle vie à Londres. Quelques mois plus tard, Max est informé par les services secrets britanniques que Marianne pourrait être une espionne allemande. Il a 72 heures pour découvrir la vérité sur celle qu’il aime.

C’est mou, c’est mou, c’est mou !

Surtout ne  regardez-pas cette bande annonce pleine de promesses, voir même d’indices et de ficelles inhérentes au film. Vous auriez, au mieux, de trop grandes espérances quant au nouveau film de Robert Zemeckis , au pire une grande tristesse d’y voir quasiment tout le film résumé en 2 min !

Si toutefois, vous vous aventurez dans une salle obscure afin de voir l’égérie française et le nouvellement célibataire fight clubien, alors attendez-vous à passer deux longues heures devant une fresque allemande à légère saveur d’espionnage et au grand manque de rythme.

Est-ce la faute à une post-production bâclée (près de six mois entre la fin du tournage et la sortie mondiale, on a rarement vu aussi court), à une mise en scène trop classique ou à un scénario finalement peu réjouissant ? Toujours est-il qu’on s’ennuie ferme et dans la première partie d’exposition des personnages (au Maroc) et dans la seconde partie plus « polar » (au Royaume-Uni). A l’image du scénario de Stephen Knight, assez simple (contrairement à ce que laisse croire la bande annonce), la mise en scène ne donne jamais ni dans la virtuosité technique ni dans l’intelligence de l’espionnage. Certes le vieux Robert s’essaie à quelques jolis cadres (même un bébé qui se retourne sur une balle tirée dans la tête d’une femme, il fallait le faire) et établit par la même occasion un hommage à Casablanca, mais c’est beaucoup trop peu pour se distinguer parmi le florilège de sorties cinématographiques actuellement sur les écrans.

allies2

D’ailleurs dans ce dernier opus qu’est Alliés, Cotillard et Pitt y sont assez fades sur un fond de guerre lui aussi très terne. Même le plaisir de retrouver Lizzy Caplan et Camille Cotin en second rôles minuscules est réduit à son minimum. Il faut dire que le papa des Retour vers le futur et de Forrest Gump nous a déjà habitué à des films de très diverses qualités. Après le bide l’an dernier de The Walk, rejeté par le public, Zemeckis ennui un peu comme dans By The Sea que Mme Ex-Brad Pitt réalisait l’an dernier.

Reste un joli dernier plan de Marion Cotillard qui met sa capuche pour affronter la pluie (ou autre-chose), une légère tension auprès d’un piano droit et toujours en veux-tu en voilà des cadres judicieusement bien pensés sur un bébé bien innocent. Une production décevante qui ne remplit pas ses promesses, l’ensemble ne faisant jamais vraiment d’étincelles. Dommage !

 

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *