Violette

Deux actrices sublimées par un réalisateur très inspiré ♥♥♥♥♥

Violette Leduc, née bâtarde au début du siècle dernier, rencontre Simone de Beauvoir dans les années d’après-guerre à St-Germain-des-Prés. Commence une relation intense entre les deux femmes qui va durer toute leur vie, relation basée sur la quête de la liberté par l’écriture pour Violette et la conviction pour Simone d’avoir entre les mains le destin d’un écrivain hors norme.

Martin Provost nous avait déjà surpris en 2008 révélant, grâce à son Séraphine, une Yolande Moreau toute en subtilité et profondeur.

Il s’attaque cette fois-ci à Violette Leduc, protégée de Simone de Beauvoir et réussit à la fois à sublimer ses deux actrices (Emmanuelle Devos et Sandrine Kiberlain en état de grâce) et à livrer un film magnifique sur la quête identitaire son exutoire dans la littérature.

film_violette

Sobrement intitulé Violette, le nouveau long métrage de Martin Provost revient sur cette passion que l’écrivaine a pu avoir pour son mentor depuis sa rencontre jusqu’à son affranchissement (légèrement après le succès de La Bâtarde). Trois ans d’écriture furent nécessaire au réalisateur, à Marc Abdelnour et René de Ceccaty afin de finaliser un scénario bien habillement écrit : le récit est classique, sobre et très joliment amené. De cette passion que Violette Leduc éprouve pour la grande De Beauvoir, Martin Provost en capte l’essence même via des performances exceptionnelles de ses deux actrices : Emmanuelle Devos enlaidie pour la cause et Sandrine Kiberlain incroyable de sobriété en Simone De Beauvoir.

À travers une entrevue que le réalisateur a bien voulu nous accorder, il est revenu sur son souhait de former un diptyque avec son film Séraphine, sur la transformation nécessaire à Emmanuelle Devos pour incarner le rôle de Violette (essais de plusieurs faux nez, diction…) ainsi que sur la difficulté de trouver une actrice française intéressée à incarner le rôle de De Beauvoir.

Passé par le Tiff en septembre, Violette restera comme un des grands films français de 2013. Il vient de recevoir le prix du public au festival Cinémania et risquerait fortement de faire parler de lui en mars prochain pour les Césars en France.

 



Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *