Yellowjackets : Quand l’inavouable refait surface

YELLOWJACKETS – Saison 1, États-Unis, 2021-2022

Où voir ça : Crave
Production : Entertainment One, Creative Engine Entertainment
Créée par et
Scénario : Ashley Lyle, Bart Nickerson, Jonathan Lisco, Sarah L. Thompson, Liz Phang, Ameni Rozsa, Chantelle Wells, et Cameron Brent Johnson
Réalisation : , , , , , , et
10 épisodes de 57 à 59 minutes

 

Disponible depuis la mi-novembre sur la plateforme Crave, cette série en dix épisodes diffusée sur Showtime aux États-Unis a déjà été renouvelée pour une seconde saison. Acclamée par la critique (un rarissime 100% sur le site Rotten Tomatoes) comme par les spectateur.trice.s, ce thriller horrifique/psychologique aux accents de teen drama nous fait valser entre deux époques qui se répondent et se nourrissent. 

1996 : l’équipe de soccer féminin des Yellowjackets se rend, en jet privé, disputer les championnats nationaux juniors à Seattle. Destination qu’elles n’atteindront jamais, puisque l’appareil s’écrase dans les hostiles Rocheuses canadiennes, laissant les survivantes livrées à elles-mêmes pendant… 19 mois. Difficile de ne pas penser à toutes ces séries du genre qui ont précédé et sans doute nourri Yellowjackets, du classique Lost aux adolescent.e.s rebelles de The 100, ou plus récemment l’excellente The Wilds.

2021 : 25 ans plus tard, on retrouve Shauna, Taissa, Natalie et Misty, quatre des survivantes qui mènent chacune une vie relativement normale – une illusion qui s’efface rapidement quand, victimes de chantage, les secrets et traumas du passé refont surface. 

La scène d’ouverture nous plonge dans un décor nocturne, une forêt enneigée traversée à la course par une jeune fille, visiblement en proie à la panique. On entend au loin ce qui semble être des cris de loups – ou d’humains? Spoiler alert, l’adolescente finit sa course empalée dans un piège qui semblait lui être destiné… La fin du pilote nous dévoile l’inavouable que ces anti-héroïnes devenues adultes dissimulent depuis plus de vingt ans : auraient-elles survécu à la rigueur de l’hiver en se nourrissant de leurs camarades?

Les créateurs Ashley Lyle and Bart Nickerson utilisent brillamment cette narration parallèle, rendue crédible par une distribution exceptionnelle : les versions ados – adultes des personnages se répondant avec une impressionnante justesse. Les conflits de l’adolescence sont exacerbés dans cette microsociété qui se constitue progressivement au milieu des bois, et laisse présager que tout pourrait déraper très vite – surtout que des forces surnaturelles semblent également hanter les lieux. Aux quelques très beaux moments d’insouciance succèdent des scènes absolument terrifiantes qui nous rappellent que les Yellowjackets sont bien prisonnières de cet étrange espace-temps.

La série utilise les stéréotypes du teen drama pour mieux les détourner : la bonne élève Shauna (Sophie Nélisse/Melanie Lynskey), la reine de promo Jackie (Ella Purnell), la rebelle Natalie (Sophie Thatcher/Juliette Lewis), la bad ass Taissa (Jasmin Savoy Brown/Tawny Cypress), la misfit Misty (Samantha Hanratty/Christina Ricci) se dévoilent progressivement, pour le meilleur et pour le pire. Misty, sans doute le personnage le plus polarisant de la série – une psychopathe attachante, qui considère l’écrasement comme une opportunité plus qu’un problème – constitue une pièce centrale du puzzle narratif.

C’est justement la polarité de nos jugements que les créateurs interrogent : au-delà des normes morales du bien et du mal, de quoi l’humain est-il capable pour assurer sa propre survie ? Aurions-nous vraiment agi différemment à leur place ? La complexité des personnages est à l’image de cette question – il est difficile de les détester alors même que les décisions prises sont souvent contestables.

Un dernier épisode magistral, bien loin de répondre à toutes nos questions, introduit un changement brutal de saison et d’état d’esprit chez les survivantes. On comprend mieux la glaciale scène d’ouverture alors que se dessinent les probables thématiques de la deuxième saison : de nouveaux secrets, de nouvelles trahisons et un mystérieux culte satanique. Go Yellowjackets!

Bande-annonce originale anglaise :

Crédits photos : Showtime et eOne Entertainment

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.