Showing: 9 - 16 of 114 RESULTS

Entrevue avec Pascal Plante : Les chambres rouges

C’est avec la productrice du film Dominique Dussault que l’on a entendu parler du phénomène sociologique des groupies de tueur en série.. On se questionnait des années avant le travail d’écriture : « mais qui sont ces femmes ?». On se disait que ce serait des personnages intéressants, qu’il faudrait essayer de les comprendre, que ce serait un contre point à presque tous les films de tueurs en série qui sont, soit à propos de l’enquête, soit le portrait du tueur lui-même. Dans un monde où le true crime est ultra populaire, on se disait que parmi les spectateurs, c’est tout à fait plausible que des gens de la vie ordinaire se rendent dans les salles d’audience.

Close : Couper le mâle à la racine

Certains reprocheront au réalisateur son outrance à vouloir filmer la beauté de l’âge tendre dans le cadre bucolique des champs de fleurs de tulipes. Mais cette joliesse qui agace, n’est-ce pas là le signe fâcheux que les adultes ont oublié l’enfant qui sommeillait en eux?

Cette maison : Une porte entrouverte sur l’avenir

Il y a quelque chose de viscéral dans le cinéma de Miryam Charles, quelque chose d’intime et de profond que le corps a besoin d’expulser en réponse à la barbarie de l’acte perpétré. C’est tout un voyage qu’elle nous propose, invitant le spectateur à réfléchir sur les notions de deuil et de mémoire. Entre documentaire expérimental et poésie onirique, elle collecte une série de souvenirs, chargés de symboles s’imbriquant à un univers fantasmagorique au grain pixélisé qui s’attarde à redéfinir le réel, du Québec en Haïti, jusqu’aux États-Unis.

Vortex : Le tourbillon de la nuit

Habitué à la provoc’ et aux images chocs, le sel de son cinéma continue ici d’irriter l’œil même si l’horreur réside ailleurs. Vortex bouleverse parce qu’il est juste, Vortex ébranle parce qu’il montre une réalité à laquelle on ne souhaite pas se confronter.