Where To Invade Next: Le rêve américain de Michael Moore

Ne laissez pas le titre provocateur du nouveau documentaire de Michael Moore vous tromper ou vous intimider. Le plus récent film du réalisateur américain, Where To Invade Next, se consacre plutôt à la recherche de solutions externes pour son pays natal et non à l’invasion du monde entier. Ici, Michael Moore se manifeste dans son état le plus optimiste et, par conséquent, il occasionne, dans ce dernier long métrage, un impact assez faible comparativement à ces films prédécesseurs. ♥♥♥

 

 

Cette fois-ci, le cinéaste le plus socialiste des États-Unis se déplace dans différents coins de la planète. Ce dernier assume le rôle d’un « envahisseur » qui se promène au nom d’une Amérique très troublé et en difficulté. Il rend visite à un certain nombre de pays en quête d’idées qui pourraient résoudre les plus grands problèmes américains tels que l’enseignement supérieur au coût très élevé, la nourriture malsaine dans les écoles et la brutalité policière.

Parmi ses nombreux arrêts, il se retrouve en Italie et en Allemagne, où les conditions au travail sont significativement plus agréables et équitables; en France, où les établissements scolaires privilégient une alimentation saine; en Slovénie, où l’éducation est gratuite et accessible à tous; en Norvège, où les prisons se concentrent sur la dignité humaine et la réforme des détenus; et au-delà. En d’autres termes, Moore agit comme le père Noël à la recherche de cadeaux pour offrir aux États-Unis, le pays qui semble tout avoir — y compris les plus importants questionnements et bien sûr, le fameux rêve américain.

WhereToInvadeNext2

Where To Invade Next: Amusant mais léger

Il se trouve que les meilleures idées, dénichées dans les nations étrangères, auraient émergé, ironiquement, dans le territoire américain. C’est alors que Moore se questionne : comment les États-Unis ont-ils pu abandonner leurs notions de départ? Et comment peuvent-ils retrouver la « liberté » d’autrefois? Et comme toujours, Moore se positionne à la bonne place durant les échanges verbaux, en train de poser des questions intentionnellement faciles à ses chaleureux sujets. À la fin de chaque discussion, il plante le drapeau américain dans un pays « envahi » chaque fois qu’il braconne une bonne idée. Le concept de Where To Invade Next est original et sympathique, le cinéaste militant réussit à créer un récit amusant, parfois touchant, mais épisodique et répétitif qui offre des rendements décroissants. De plus, Moore développe une vision du monde assez simpliste, où le reste de la planète est affiché comme un véritable paradis et les États-Unis, un enfer. Parfois démagogue, et même populiste, il ose en outre certains raccourcis idéologiques gênants, tout en concluant son film sur une pirouette arrogante.

Moore est un réalisateur qui aime tourner autour du pot — et il n’a pas peur de le faire de manière insistante et acerbe, comme il le faisait dans Fahrenheit 9/11 (2004), à propos des attaques terroristes et de son président à l’époque, George W. Bush, et Bowling For Columbine (2002), sur la violence des armes à feu. Mais ici, il est beaucoup plus tendre. En conséquence, il est coincé dans une position méconnaissable qui ne lui permet pas de susciter les répercussions espérées dont il est habitué d’engendrer auprès du peuple américain.

Écrit par :

Un commentaire

  1. markito
    26 février 2016
    Reply

    Si tu vois les reactions que son film suscite aux personnes qui l’ont vu, tu dirais que engendre des fortes emotions. A vrai dire, l’Europe, dans le cadre des programmes sociaux, est un paradis a comparaison avec les USA qui est un vrai enfer a cause de la manque de tels programmes sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *