Un plus Une

Énième film mineur pour la rencontre de Claude Lelouch et Jean Dujardin qu’on désespère de voir dans un grand film de nouveau. Un plus Une est ennuyeux ! ♥♥

Antoine ressemble aux héros des films dont il compose la musique. Il a du charme, du succès, et traverse la vie avec autant d’humour que de légèreté. Lorsqu’il part en Inde travailler sur une version très originale de Roméo et Juliette, il rencontre Anna, une femme qui ne lui ressemble en rien, mais qui l’attire plus que tout. Ensemble, ils vont vivre une incroyable aventure…

 

Claude Lelouch tente de renouer avec les thèmes qui lui sont chers : Un personnage masculin charismatique, Jean Dujardin façon Jean-Paul Belmondo, Francis Lai aux commandes de la musique et le thème de l’adultère qui plane durant l’ensemble du film. Bon, jusque-là, rien de nouveau.

D’ailleurs si le film se laisse regarder sans grand intérêt pendant un bon moment, il évite toutefois la moyenne lorsqu’il déraille dans sa deuxième partie (ironique pour un film qui se passe très souvent dans un train) à cause d’une scène regroupant les quatre personnages extrêmement mal écrite voir interprétée (Alice Pol n’ayant pas grandes aptitudes au pathos ni non plus Christophe Lambert qui domine la scène sans conviction) : Le ridicule de cette scène dévie le film vers le mauvais à n’en plus finir alors qu’il aurait pu s’en tenir à un moyen film du monde (en fond l’Inde glorifiée, devant une Zilberstein au discours pompeux et un Dujardin qui cabotine).

Avec Jean-Paul Rappeneau, ce sont deux monstres sacrés du cinéma qui se plantent cette année. Cinemania habituellement rodé aux meilleurs films francophones de l’année semble cette année ne pas résister aux sirènes des vedettes. Dommage

Ouvoir.ca

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *