Un petit boulot – Pour contrer le chômage

Un petit boulot ou la comédie polar posthume de Pascal Chaumeil (L’arnacoeur). Un long métrage français sympathique mais plutôt inconséquent qui sera présenté dans le cadre du FCVQ. ♥♥½

Lorsque l’usine du village, qui employait la grande majorité de la ville, ferme, Jacques (Romain Duris) et ses potes se retrouvent sans le sou. Plusieurs quittent la ville. D’autres se trouvent de petits boulots. Pour Jacques, c’est la galère : Il perd sa femme, les dettes s’accumulent et il n’arrive pas à trouver du travail. Les choses vont prendre une toute autre tournure quand Gardot (Michel Blanc) lui propose de tuer sa femme….

 

La comédie polar n’est pas un genre nouveau et nombreux s’y sont déjà frottés dans le passé. Un petit boulot devait bénéficier de la plume de Michel Blanc (et c’est un atout). Adapté du roman éponyme d’Iain Levison dont Gilles Bannier a déjà porté à l’écran Arrêtez-moi là, le comédien français en a écrit le scénario en transposant l’intrigue américaine en France.

Toutefois, si les rires sont existants tout au long du film (notamment sur une blague régulière du bruit d’un coup de fusil), le rythme est parfois hésitant pour un faux polar.

Un-Petit-Boulot2

Pourtant, Pascal Chaumeil n’est pas le premier venu à la réalisation puisqu’il a notamment été assistant réalisateur sur Léon (Luc Besson) et même second réalisateur sur Le cinquième élement avant de se lancer avec succès en individuel : L’arnacoeur avec Vanessa Paradis et Romain Duris était une sympathique comédie française qui connut à la fois le succès public et critique. Ici, il semble vouloir mêler la toile de fond sociétale (les difficultés de s’en sortir au chômage) au polar et à la comédie… A force de tout vouloir traiter sur le même rythme, le film finit par se laisser regarder plutôt qu’à être suivi avec intérêt. Il fait d’ailleurs écho à Un plan parfait, film qui assumait mieux son volet comédie et que Chaumeil avait réalisé en 2012 avec Dany Boon et Diane Kruger.

On aurait même parfois préféré tomber complètement dans le burlesque ou le comique de situation afin de redonner du rythme à une intrigue parfois mollassonne. Dommage.

*Un petit boulot sera présenté le 21 septembre à 21h30 au cabaret précédé du court-métrage La Méthode Greenberry de Baptiste Bertheuil.

Cette critique a été écrite dans le cadre du Festival International de films de Fantasia et du Festival de Cinéma de la ville de Québec.

crédit photos: Gaumont Distribution

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *