The Graduate : Essayez-vous de me séduire?

États-Unis, 1967
Note : ★★★★

The Graduate est un film de Mike Nichols qui prit l’affiche en 1967. La tumultueuse relation entre Benjamin (Dustin Hoffman) et madame Robinson (Anne Bancroft) a certainement ébranlé l’imaginaire collectif de l’époque. On se souvient de la célèbre réplique « Mrs Robinson, are you trying to seduce me? ». Mentionnons également que les nombreux prix remportés par le long métrage ont contribué à sa renommée internationale.

Après avoir terminé ses études universitaires, Benjamin Braddock retourne vivre chez ses parents en Californie. Ceux-ci organiseront une soirée pour célébrer sa graduation, mais un évènement des plus inattendu surviendra : madame Robinson, une amie de la famille, courtisera le jeune Benjamin. The Graduate propose un scénario basé sur le livre du même nom. Ce roman de Charles Webb se fonde sur un fantasme que l’auteur portait à l’égard d’une amie de ses parents. Par conséquent, la trame narrative du film met en scène une liaison entre une femme d’âge mûr et un homme dans la jeune vingtaine. Les évènements prendront par la suite une direction étonnante alors qu’une relation sincère s’établira entre Benjamin et la fille de madame Robinson, Elaine (Katharine Ross).

D’un point de vue technique, les prises de vue signées par Mike Nichols font preuve de perspicacité. Combinant un regard romantique à une caméra audacieuse, le cinéaste est parvenu à capter la vision particulière de Benjamin, coincé entre son présent et son avenir. Le rythme du montage témoigne également de ce déchirement vécu par le protagoniste. Parfois vives et rapides, d’autres fois douces et langoureuses, les coupes sont à l’image des émotions de Benjamin. Le scénario adapté arrive de manière efficace à amalgamer l’humour à des situations qui soient assez tordues (on peut penser au célèbre baiser échangé entre Benjamin et Mme Robinson alors que celle-ci fume une cigarette, ou encore, la scène où Benjamin se trouve dans la piscine de ses parents, vêtu d’un habit d’homme-grenouille). C’est ici toute l’intelligence de l’œuvre : le fond et la forme sont en constant dialogue.

Ce long métrage a marqué les esprits à divers égards. Rappelons-nous qu’aux États-Unis le code Hays fut en place des années 1930 jusqu’aux années 1960. Ce code régulait la production de films hollywoodiens en imposant des mesures de censure. Nécessairement à cette époque, il n’y avait pas de place pour les corps dénudés, la sexualité et la subversion. Lorsque The Graduate sortit en salle, on y présentait entre autres une liaison hors-norme (et sans amour!), de la nudité, le tout dans un contexte déstabilisant où un homme courtise à la fois une mère et sa fille. Il s’agissait d’une réponse progressiste à l’image des changements sociétaux présents au cours des années 1960-1970. Vous comprendrez ainsi que l’œuvre eut le pouvoir de rassembler deux générations en mettant en lumière leurs profondes différences.

En plus des thématiques avant-gardistes, on se rappelle des mélodies folks et nostalgiques du duo à succès Simon and Garfunkel. À la suite d’une rencontre entre Paul Simon et Mike Nichols, les deux hommes décidèrent de collaborer pour le film. C’est de cette manière que la célèbre chanson « Mrs. Robinson » vit le jour. La trame musicale puissante a propulsé The Graduate en se trouvant en tête du Billboard pendant plusieurs semaines et en remportant trois Grammy Awards.

Bien que Mike Nichols et Dustin Hoffman avaient participé à certaines créations cinématographiques avant The Graduate (une réalisation pour Nichols et quelques présences dans des téléfilms pour Hoffman), ce long métrage est sans aucun doute celui qui a projeté les deux hommes à l’avant-scène. Pour ce qui est d’Anne Bancroft, l’actrice avait déjà à son actif une carrière des plus convaincantes (7 Women, The Slender Thread, Nightfall et The Miracle Worker pour lequel elle a remporté son Oscar). Le film de Nichols n’a fait que confirmer son statut de star.

Combinant une caméra à la fois énergique et sensible, une brochette d’acteurs.rices convaincantes, une musique mélancolique, ainsi qu’une ligne narratrice anticonformiste, The Graduate séduit à coup sûr.

Bande-annonce originale :

Durée : 1h46

Crédits photos : Lawrence Truman Productions et United Artists

 

Apprenez-en plus ici sur le réalisateur Mike Nichols.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.