Étiquette : Maxime Desmons

20 décembre 2015 / / 2015

Chaque année, Cinémaniak s’intéresse aux révélations que cela soit les comédiens mais aussi les réalisateurs en devenir.

Chaque année, nous présentons les 5 qui nous paraissent les plus talentueux pour l’avenir.

Présentations des 5 révélations réalisateurs de 2015

9 décembre 2015 / / 2015

Cette année, Cinémaniak a, plus que jamais, parcouru et anticipé l’actualité pour faire vivre le plus d’exclusivités possibles liées au cinéma ou aux séries.

Au total, ce ne sont pas moins de 48 entrevues, rencontres et autres reportages que nous avons effectués (avec la complicité de l’équipe vidéo).

Voici dans un petit article regroupé une rétrospective des entrevues de 2015 !

23 février 2015 / / 2015

What we have, c’est le premier film d’un français établi en Ontario: Maxime Desmons.

What we have, c’est aussi le traitement de l’intimidation avec beaucoup de sincérité.

What we have c’est enfin un long métrage tout petit en terme de budget (et de financement) mais réalisé avec beaucoup de passion et le souhait pour son réalisateur de porter à l’écran le questionnement identitaire personnel qu’il intervienne à 40, 28 ou 15 ans. C’est aussi l’histoire d’un adulte homosexuel et qui tentera, tant bien que mal, d’accompagner un jeune adolescent dans son acceptation identitaire…. Mais à quel prix ?

Attention bijou ! ♥♥♥♥½

Si vous ne deviez voir qu’un seul film aux RVCQ cette année, c’est sans doute celui là ! Pas parce qu’il traite d’un sujet encore d’actualité et qu’il serait de bon ton d’approuver le combat de certaines (très nécessaires) associations. Ni parce que votre communauté (si vous êtes homosexuel) serait la plus à même de comprendre des films concernant la même thématique.

Mais bien parce que What we have concentre tous les ingrédients du film d’auteur riche à la fois en proposition de cinéma mais en réflexion sur la condition d’être humain. C’est un long métrage qui pose de nombreuses questions sans jamais y répondre réellement; un long métrage qui ne peut pas laisser indifférent, la première surprise de 2015 !

19 février 2015 / / A La Une

« Une année exceptionnelle », « une programmation incroyable »…Comme il est de coutume avant chaque début de festival, les organisateurs des RVCQ y vont avec les superlatifs afin de motiver le public à se déplacer dans le seul festival entièrement québécois au monde.

Est-ce vraiment le cas concernant l’édition 2015 ? Et derrière le phénomène Mommy, les productions québécoises étaient-elles vraiment à la hauteur en 2014 ?