Affichage : 1 - 8 sur 8 RÉSULTATS

Pièce maîtresse

Il est difficile d’écrire sur un film si bien écrit. Si bien, qu’il n’a pas l’air de l’être. C’est même difficile de le regarder, tellement il reflète la vie dans sa spontanéité, ses grandeurs et ses échecs à couper le souffle. Mistress America m’est tombé dessus avec tout son charme et son exaspérante hystérie : Greta – l’autre -, en pièce maîtresse.

Eden: un paradis perdu

La réalisatrice aime d’un amour inconditionnel ce personnage à qui elle pardonne tout. Il est sans cesse magnifié à l’image du début du film où sa silhouette se dégage du brouillard dans le halo de la lune. Cependant, le spectateur lui, manque d’empathie à son égard ayant du mal à comprendre ses choix et ses motivations dans un récit malheureusement trop souvent elliptique.