Affichage : 1 - 7 sur 7 RÉSULTATS

Les affamés : Quand le présent dévore le passé

L’originalité du cinéaste et scénariste réside dans ce que nos héros, ses protagonistes humains, incarnent : le passé. Ils ne sont pas des personnes du présent, mais représentent plutôt des valeurs et/ou des habitudes, que nous pourrions catégoriser de datées, surtout en rapport à la société d’aujourd’hui (du moins pré-COVID-19). Les quelques détails qui peuvent agacer font sens lorsqu’ils sont abordés par le prisme du passé.

Avant qu’on explose : La fureur de vivre avant de mourir

Humour salace, histoire de perte de virginité, trio d’amis inséparables, le scénariste va s’en approprier les codes. Heureusement, il va également s’en détourner en évacuant une certaine dose de mauvais goût, en s’éloignant des stéréotypes discutables du genre, pour y introduire des nuances bienvenues, y apporter de la gravité et livrer un message pertinent.

Les salopes ou le sucre naturel de la peau : les salopes se cachent pour le plaisir

Qu’on se le dise, la langue française est sexiste. Il n’y a qu’à voir le nombre de mots féminins flanqués d’une connotation sexuelle dégradante voire méprisante dont le masculin est exempt. On dit d’une femme qu’elle est facile, qu’elle est bonne… le mot salope ne fait pas exception à la règle dans cette logique hégémonique du mâle qui fait d’elle une nymphomane.