Star Wars: The Force Awakens ou comment ma relation avec mon père m’a amené au côté obscur de la force ?

Star Wars The Force Awakens a battu plusieurs records au box-office au niveau mondial, donc je crois qu’il est juste de présumer, à ce stade, qu’il soit acceptable de discuter du contenu du film. Et si vous ne l’avez pas encore vu, s’il vous plaît accepter le PLUS GRAND SPOILER DE TOUS LES TEMPS à ce point et arrêtez de lire à l’instant même. En effet, Star Wars The Force Awakens contient quelques rebondissements assez délicieux et ils méritent d’être préservés pour le premier visionnement du spectateur.

Pour les amateurs de Star Wars, la franchise, créée par George Lucas, explore de grands thèmes tels que la bataille entre un empire autocratique galactique et la rébellion démocratique, ou plus précisément, entre les deux côtés de la Force: le bien et le mal, la lumière et les ténèbres. Cependant, ces récits nobles sont toujours ancrés dans l’exfoliation d’un arbre généalogique d’une seule famille: le clan Skywalker. Bien que le scénario pourrait étendre l’univers, il est le dysfonctionnement interne de générations de la famille Skywalker, qui est la racine du problème et qui façonne l’intrigue principale de la franchise. Le temps est donc venu d’analyser les relations père-fils dans Star Wars.

En d’autres termes, la célèbre série est un cycle ouvert de films de science-fiction basé sur une mauvaise éducation. C’est pour cette raison que Star Wars est la franchise parfaite pour scruter en profondeur ses problèmes familiaux récurrents.

star wars the original trilogy franchise

Anakin de Nazareth… euh wait! What!?

Si nous visualisons les films en fonction de leur propre chronologie interne, le premier mauvais père dans la série est la Force elle-même. Dans The Phantom Menace (1999), nous apprenons qu’Anakin Skywalker (Jake Lloyd, Hayden Christensen), qui grandit pour devenir le méchant Darth Vader, a eu une naissance extraordinaire, sans père. Comme affirme la mère d’Anakin Skywalker, « Il n’y avait pas de père. Je le portais, je lui ai donné la naissance, je l’ai élevé… Je ne peux pas expliquer ce qui est arrivé. »
La conception « sans sexe » d’Anakin Skywalker, rappelant la naissance miraculeuse de Jésus-Christ dans l’enseignement de la chrétienté traditionnel, est expliquée dans la série comme le travail de la Force, qui utilise le charabia des « Midi-chloriens » pour créer un « Chosen One » qui apportera l’équilibre de l’univers. Mais si la Force est le vrai père d’Anakin, nous devons conclure que celle-ci est un très mauvais paternel cosmique. Anakin et sa mère vivent comme des esclaves; ensuite, Anakin est enlevé des bras de sa mère pour être élevé d’une manière désordonnée par les Jedi. Nous savons la suite, il se sentira trahi (décès de sa mère) et rejoindra les forces du mal. Si la Force avait été plus attentive à l’importance du rôle de la mère, de nombreux actes de mal, y compris un génocide, auraient pu être évités.

Compte tenu de son enfance atroce, Darth Vader lui-même devient un papa négligent. Séparé de son épouse secrète, Padmé Amidala (Nathalie Portman), cette dernière mourra en donnant naissance à Luke Skywalker (Mark Hamill) et Leia Organa (Carrie Fisher) et Vader ne jouera aucun rôle dans l’éducation des jumeaux . Parce qu’ils sont élevés dans de mondes à part, Luke et Leia entrent dans une relation presque incestueuse. Lorsque Vader est enfin réunie avec Luke, le père coupe la main de son fils. Ceci n’est clairement pas la définition d’une famille heureuse.

Une famille idéologiquement opposée

Dans le plus récent film, Star Wars The Force Awakens, la terrible dynamique de la famille qui caractérise la lignée Skywalker se poursuit ( SPOILER ALERT). Leia a un fils, Ben (Adam Driver), avec le contrebandier Han Solo (Harrison Ford). Il est formé pour être un honorable Jedi par son oncle Luke. Malheureusement, Ben se sent également dépité par l’absence de son père (et de sa mère) et se laisse guider vers le côté sombre de la Force (devenant le nouveau méchant Kylo Ren ). Ce dernier veut suivre les traces de son grand-père Darth Vader. En résumé, la première moitié des Skywalker deviennent des personnes décentes avec des vertus morales et l’autre moitié de la famille devient des dirigeants d’une secte autoritaire. En conséquence, ce contraste crée une tension tangible entre les deux opposés de la famille qui génère la raison maîtresse de l’existence d’une guerre des étoiles.

star wars identities

Star Wars The Force Awakens: Oedipe dans l’espace

La trilogie originale de Star Wars (1977-1983) était l’une des plus grandes expressions contemporaines de l’éternelle lutte entre père-fils. The Empire Strikes Back (1980), en particulier, contenait peut-être le rebondissement le plus mémorable dans une révélation de la paternité: « Luke, je suis ton père. » Comme Joseph Campbell et d’autres chercheurs ont noté à l’époque, Star Wars a raconté divers vieux mythes et légendes. Mais au centre de tout cela était l’histoire de Luke Skywalker et Darth Vader, un homme qui doit détruire son père, mais ne peut pas supporter de le faire. En tant que telle, la trilogie originale de Star Wars était une redite d’Œdipe, ou ce que Freud appelait le « roman familial ». L’affirmation de Freud était que, dans une récréation atavique de l’enfance, chaque homme veut inconsciemment assassiner son père et avoir des relations sexuelles avec sa mère. Star Wars a raconté cette histoire d’une manière qui a dévié les angoisses à travers le ridicule des aspects « space opera » de l’histoire, et aussi, au milieu d’importantes concessions psychologiques. Alors Luke ne tue pas son père (L’Empereur Darth Sidious le fait). En effet, il refuse de tuer son père à la fin de leur dernier duel phallique illuminée. Il est à noter qu’aucune mère n’apparait dans Star Wars: The Empire Strikes Back ou Return of the Jedi (1983). Malgré le fait que Luke a embrassé Leia, la seule survivante parente, une approximation.

Star Wars The Force Awakens : Nouvel épisode, même abstraction

Le nouveau Star Wars, la majorité des critiques seront d’accord, réussit et échoue à la fois à cause de son désir de rapprochement avec la trilogie originale. C’est un film réalisé par J.J. Abrams, quelqu’un qui est manifestement obsédé par la série et qui n’a pas peur de répéter ce qui a fonctionné dans le passé. Parmi ces retrouvailles, on retrouve une nouvelle Death Star, des planètes de glace et des planètes désertiques. Fondamentalement, il y a un nouveau récit de l’histoire d’Œdipe, et il est encore plus proche du mythe que celle de la trilogie originale. Encore une fois, SPOILER ALERT : Kylo Ren tue Han Solo dans une scène clé vers la fin du film. Alors qu’il exécute son père, une obscurité passe chez les deux personnages, et Ren prononce le mot «merci» avec ce qui semble être un quasi réel plaisir sur son visage. C’est probablement la scène la plus freudienne jamais mise à l’écran dans un film de science-fiction. Il est également possible de supposer dans The Empire Strikes Back que les auteurs n’avaient aucune idée qu’ils ont canalisé les pensées de Freud et Sophocles dans leur film. Mais dans The Force Awakens, les nouveaux scénaristes le font avec une intention assumée.

Et pourquoi pas? C’est l’histoire au cœur de l’identité humaine, la narration primitive sur laquelle la société et la personnalité pendent. Une façon de penser concernant la franchise est de la considérer comme une expérimentation dans la forme du récit. Les films et leurs ramifications fusionnent de nombreuses sources et nécessitent l’essence même de leur contenu pour nourrir la faim illimitée des amateurs de la série, de là les milliers de lignes narratives qui ont émergé de la prémisse de base. Mais les parties centrales de l’histoire, les seuls morceaux qui ont été vraiment réussis, sont celles qui se branchent en profondeur dans la psychologie des fils qui veulent tuer leurs pères.

star wars the force awakens

L’avenir de Rey sous la gouverne des Skywaler

Le succès immédiat de Star Wars The Force Awakens assure dans les nombreuses années à venir que d’autres, des quelconques descendants cinématographiques de J.J. Abrams, raconteront assurément de nouvelles versions de Star Wars. Et peu importe la nouveauté, il est certain qu’ils vont raconter, à l’origine, l’histoire la plus ancienne qui existe.

Pour conclure, il y a un autre personnage dans Star Wars The Force Awakens qui pourrait avoir des liens avec la famille Skywalker : Rey (Daisy Ridley), la mystérieuse ermite de la planète Jakku qui est forte avec la Force. Qui est Rey? Est-elle une enfant perdue de Leia et d’Han Solo? Ou peut-être un clone de Luke ou Darth Vader? Le clonage est un sous-thème récurrent dans la série, et une métaphore sur comment chaque génération essaye, mais ne parvient pas à implanter des valeurs sur la prochaine. Nous allons découvrir la vérité à propos de Rey dans les films à venir, mais une chose est presque certaine : elle sera en quelque sorte liée à la mauvaise éducation des Skywalker.

*Si cet article vous a plu, on vous invite également à consulter ce numéro spécial du magazine Philosophie!

Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *