Page d'accueil Événements Fantasia SPOOR, pour l’amour des animaux. [Fantasia 2017]

SPOOR, pour l’amour des animaux. [Fantasia 2017]

SPOOR, pour l’amour des animaux. [Fantasia 2017] 4.0
54
0
Note de l'auteur
Film d’une rare beauté fusionnant une réalisation parfaitement maîtrisée et nous emmenant là où le bien doit faire des concessions pour vaincre le mal.
NOTE DU LECTEUR

SPOOR, de la réalisatrice Agnieszka Holland, est un film d’une rare beauté fusionnant une réalisation parfaitement maîtrisée et une histoire qui nous emmène là où le bien doit faire des concessions pour vaincre le mal.

Résumé.

Janina Duszejko (Agnieszka Mandat), une ingénieure à la retraite, enseigne à temps partiel et protège les animaux à temps plein dans un petit village montagnard près de la frontière entre la République tchèque et la Pologne. Foncièrement non conformiste et toujours prête à dénoncer l’autorité, elle est considérée comme une paria par certains. Un jour, ses chiens bien-aimés disparaissent. Duszejko a régulièrement confronté des braconniers du coin, et elle craint le pire. Mais bientôt, ce sont les braconniers eux-mêmes, puis certaines figures d’autorité du village qui sont retrouvés morts les uns après les autres, de façons très peu naturelles. Et chaque fois, il y a des traces d’animaux autour des corps. Parfois un chevreuil. Parfois un sanglier… Les bêtes exercent-elles enfin leur vengeance? (Résumé de Fantasia)

Fantasia - Spoor

SPOOR, saison de chasse.

SPOOR est construit en chapitres. Chacun de ces chapitres présente une saison de chasse différente avec les animaux qui sont autorisés à être chassés. Proposant un combat contre une certaine forme d’anthropocentrisme, le film présente des personnages masculins qui ne considèrent en aucun cas la valeur fondamentale des animaux. Ils ne sont heureux que lorsque ceux-ci sont morts, à leurs pieds, devant un grand sourire fier.

 

Impérialisme masculin et combativité féminine.

On ressent dans SPOOR une sorte de résistance à un impérialisme masculin. Heureusement, Janina, jouée par une comédienne remarquable, amène à l’histoire une force ainsi qu’une combativité féminine qu’on voit encore trop peu à l’écran. Les personnages féminin étant encore trop souvent relégués au second rôle, celui de mettre de l’avant le personnage masculin. Bref, la sensibilité de Janina face aux animaux et aux êtres en général nous est rapidement transmise. Par ailleurs, et de par sa narration, SPOOR amène le spectateur à se demander si ce ne sont pas les animaux qui font ces fameux crimes sordides. Avec ses choix musicaux, ainsi qu’avec un montage consistant à opposer des plans d’animaux curieux qui observe la caméra et des humains affolés devant la découverte d’un meurtre, Agnieszka réussit à amener une touche fantastique dans un récit qui est purement réaliste. Pour le grand plaisir du spectateur.

Fantasia - Spoor

Au final, il se dégage de se film une grande passion, autant pour les animaux que pour la justice sociale et l’équité des genres. La réalisation se fait avec maîtrise, mais aussi une certaine forme d’empressement ou d’excitation amenant un dynamisme vigoureux au film.

 

Le meilleur film que j’ai vu jusqu’à présent à Fantasia cette année.

En salle le 30 juillet et le 1er août.

Spoor from Festival Fantasia on Vimeo.

(54)

Incrivez-vous à notre infolettre!
Fondée en 2012, Cinémaniak est une revue de cinéma exclusivement web qui s’est donnée comme mission de promouvoir le septième art sur le continent nord-américain. Notre mission est de donner la parole à des passionnés de cinéma capables de rendre accessible l’art qu’ils affectionnent.
Nous détestons les spam. Votre adresse courriel ne sera pas vendue ou partagée avec quelqu'un d'autre. Promis!

Laissez votre commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 1 =

Bandes-annonces

Archives